Refonte

Demain est le début du renouveau…

Un tout petit et dernier article sur cette page… Le 1er avril 2016, Jennialogie naissait. Demain 1er juin 2018, Jennialogie s’offrira une renaissance. Changement d’hébergeur, changement de format… Certains articles de ce blog seront repris et remis au goût du jour et de nouveaux articles viendront également s’ajouter. Pourquoi ce changement ? Parce que j’ai moi même changé et évolué. Il était donc nécessaire pour ne pas dire indispensable de repartir sur de nouvelles bases. Je souhaite avancer différemment de la version actuellement et j’espère améliorer la qualité de mes écrits en donnant une bouffée d’oxygène à ceux-ci.

Je vous attends ès demain sur la nouvelle version de Jennialogie.

Jenni



Tu es de ma famille…

Cinquième livre du même auteur dont je vais parler ici, 4ème dans l’ordre de l’édition, « Familles et ménages de nos ancêtres ». Il semble à présent coutumier lorsque l’on ouvre un livre de thierry SABOT, de démarrer post-introduction par un rappel des repères historiques. Viennent ensuite des notions redéfinies afin de ne pas être confondues comme par exemple cette de parenté : légale, naturelle, spirituelle, par alliance…

IMG_1923 IMG_1924

Les degrés de parentés sont expliqués et illustrés tant par des arbres que par un tableau, disponible également sur le site de l’éditeur Thisa. L’esprit de famille est défini pour ne pas dire détaillé dans divers aspects comme celui de la mort par le biais des faire-parts où la famille au sens très large était ainsi énumérée douloureusement unie dans la perte d’un être cher.

La partie travaux pratique du livre propose de suivre la chronologie d’un couple et de la famille qu’il fonde ou compose. Ainsi un exemple de fiche est proposé pour l’exercice, mettant e évidence non pas seulement les époux, mais également témoins du mariages, enfants du couple et autres membres du ménage, car un ménage ne se compose pas uniquement d’un couple et de ses descendants. C’est pourquoi, à force de schémas, l’auteur donne diverses possibilités d’un ménage (simple, en miettes, élargis, multiples…). Le retour aux travaux pratiques met en évidence l’importance et les lacunes des recensements.

Ce livre est je pense très important pour les généalogistes, même et surtout les amateurs. Définitions, vocabulaire, notions… Tout est là, illustré et expliqué, pour que chacun s’y retrouve et surtpout pour que chacun puisse retrouver la place de ses ancêtres au sein de la famille.



Salaire et niveau de vie

Lorsque l’on fait son arbre généalogique, bien souvent on ne s’interroge pas uniquement sur qui sont nos ancêtres, mais également sur leur façon de vivre, en découle alors des questions de niveau de vie et de salaire. L’évolution du coût de la vie a forcément eu de l’influence sur leur mode de vie. Une couturière ne gagnait pas le même salaire qu’un domestique, mais combien gagnaient-il ?

Dans son livre « La valeur des biens, niveau de vie et de fortune de nos ancêtres », Thierry SABOT partage son savoir, ses recherches et ces informations. Après un rappel sur les repères importants concernant les Français et l’argent, l’auteur livre son exposé sur les différentes monnaies et des indications portant sur leur valeur. Le sou, le denier, l’écu… Tant de valeurs qu’il est facile de de se perdre dans les comptes… C’est pourquoi quelques pages plus loin, dans un dossier spécial, il nous réapprend à compter car 12 + 1 n’est pas toujours égale à 13 surtout si on parle en deniers puisque 12 denier = 1 sol… Les banques n’existèrent pas toujours, alors le second dossier du livre est consacré aux méthodes et lieux de nos ancêtres pour cacher leur trésor (et parfois tenter d’éviter quelques impôts…).

valeur  valeur-4

Les salaires horaires d’un manœuvre sont donné à titre d’exemple de 1500 à 1985 afin de permettre de voir l’évolution du salaire (mais n’oubliez pas que tout le reste autour aussi augmente…), puis un tableau d’une page entière montre les différences entre les salaires suivant les professions sous l’Ancien Régime.

Fortement centré sur les XVIIème et XVIIIème siècle, il est vrai que le XIXème est un peu absent, alors que l’on s’attendait peut-être à ce que ce soit le contraire puisqu’il est plus proche de nous. Le journal Le Républicain Lorrain publiait en décembre 2012 sur le coût de la vie dans le passé en faisant un article sur le livre de Thierry SABOT.

Le site Histoire pour tous, proposait en mars 2011 un long article sur les « Inventaires et vie quotidienne de nos ancêtres« , puis deux mois plus tard un autre article sur « Le mode de vie de nos ancêtres« , tous deux permettent de compléter les informations du livre et nous donne une autre vision de leur vie au jour le jour. J’ajouterai dans les documents supplémentaires, que Google Play Livres propose en version numérique gratuite, les « Mémoires sur l’appréciation de la fortune privée au moyen âge : relativement aux variations des valeurs monétaires et du pouvoir commercial de l’argent » de Constant LEBER de 1842.



Nos aînés gardaient tout…

Et c’est tant mieux pour nous… Après ce week-end nostalgie, j’ai commencé à identifier et classer les documents récupérer… Un travail de titan m’attend, mais ce premier classement fait déjà ressortir plusieurs type de documents :

  • Photographies et négatifs
  • Films Super8
  • Lettres officielles
  • Correspondance personnelle
  • Articles de presse
  • Faire-parts de décès
  • Factures et reçus

Aujourd’hui, j’ai scanné les faire-parts d’un carton de documents. Pour la plus part ce sont des anciens combats tant de 1914-1918 que de 1939-1945, parfois des amis, mais il y a aussi hélas parfois « l’épouse de »… Ils sont tous les 13, hors famille, (j’en ai peut-être d’autres à voir) datés de 1963 à 1981. Peut-être connaissez-vous ces personnes et souhaiteriez vous obtenir une version numérique de ce document ? C’est pourquoi je vais me permettre de lister ici les défunts et de mettre l’année de décès à la suite, s’il s’agit d’une épouse je mettrais les 2 noms. Si vous souhaitez obtenir ce document car vous êtes un descendant, n’hésitez pas à me contacter. Le partage d’information c’est la base des recherches généalogiques…

  • Monsieur Léon LEGRAND (1963)
  • Monsieur Louis CARNIAUX (1964)
  • Monsieur Omer DOCQUIER (1964)
  • Madame Eva JACQUET épouse René BERGER (1964)
  • Monsieur Jean PIETON (1968)
  • Monsieur Charles LOQUIN (1969)
  • Monsieur Eugène CARLIER (1971)
  • Monsieur Michel JOLY (1973)
  • Madame Juliette TONNEAU épouse Albert GERDAY (1974)
  • Monsieur Jacques LEONARD (1975)
  • Monsieur Adrien CAPELE (1976)
  • Madame Georgette VALLEE épouse Roger GUIDET (1980)
  • Monsieur Marcel BOULENGER (1981)

Si j’en ai d’autres, je viendrais compléter la liste…

||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||

Update du 06 juillet 2016 :

Quand il n’y en a plus, il y en a encore… Voici donc 5 autres noms trouvés dans les archives de mes aïeux. Cette fois-ci il y en a même dans les années 90′.

  • Mademoiselle Flora COLIN (1963)
  • Madame Madeleine BUISSET épouse Henri DEVRAY (1977)
  • Mademoiselle Emilienne CAMBERLIN (1984)
  • Monsieur Clément BOUTTEAU (1995)
  • Monsieur Charles LEGRAND (1996)


Second Livre de ma bibliothèque

D’un livre à l’autre on retrouvera les bases. Le vocabulaire d’une part et le descriptif des documents d’autre part. Pouruqoi en avoir acheter un autre alors ? Parce que les méthodes décrites ne sont pas toujours les mêmes tout dabord, mais surtout parce que l’un présentera un sujet d’une manière et le second d’une autre façon. Parfois ce sont ces différences qui faont que la compréhension se fait plus facilement.

Pour ma part, dès l’achat de mon second livre, je n’ai fait que voguer de l’un à l’autre sans discontinuer. L’explication sur les degrés de parenté m’est apparue plus claire dans « La généalogie pour tous » de Yves du Passage. Cependant la méthode de calcul des identifiants collait mieux avec le précédent bouquin qu’avec celui-ci.

Livre - Généalogie pour tous

Comparé au premier livre :

  • le format est plus rigide puisque la couverture est en carton solide
  • le format est plus grand donc moins facilement transportable
  • l’écriture est plus aérée donc plus facilement accessible

Je ne saurais dire lequel est le plus complet. Ce sont vraiment deux manière d’aborder le sujet, qui pour moi, se complètent.



Mon premier livre

J’ai décidé de vous parler aujourd’hui du tout premier livre traitant de généalogie que j’ai reçu. Ma mère voyant que je m’y intéressais vraiment et que le sujet n’était pas une passade pour moi m’offrit ce livre intitulé « Guide pratique pour dresser votre arbre généalogique ». Edité par Marabout et écrit par Michel Gasse, ce livre me suivit partout très longtemps!; D’ailleurs il n’y a qu’à constater son état malgré mes efforts pour en prendre soin… Il a vécu et reflète assez bien le temps passé à chercher des indices et individus dans les temps passés.

IMG_0497

Constitué sous le format de 11 leçons qui suivent une introduction et un rappel de ce qu’est la généalogie, ce livre m’aida grandement à débloquer certaines branches, par ses conseils et astuces. Voici les intitulés des leçons et un résumé de leur contenu pour vous donner un aperçu :

  1. Organisation générale (1)
    • Classement et conservation des documents
    • Les fiches réalisables et la prise de notes
  2. Organisation générale (2)
    • La numérotation SOSA et d’Aboville
    • Les lettres aux mairies
  3. La commune
    • Histoire de l’état civil, les actes (NMD)
    • Le cimetière
  4. Les archives diocésaines
    • Historiques des relations entre l’église et l’état (depuis 1790), les actes (BMS)
    • Les lettres aux archives diocésaines
  5. Les archives départementales (1)
    • Système de classement des Archives départementales
  6. Les archives départementales (2)
    • La série E (je ferais un article d’ici peu sur les séries)
    • Les registres paroissiaux
  7. Les archives départementales (3)
    • Les archives notariales
  8. Les archives départementales (4)
    • Les recensements de population
  9. Les archives départementales(5)
    • La justice de paix
    • La série R
    • Les faire-part (NBMD)
    • Les passeports
  10. Le monde moderne au service de la généalogie
    • Géopatronyme
    • Logiciel de généalogie
  11. Complément d’informations
    • Ancêtres suivant leur religion
    • Ancêtres étrangers
    • Autres sources documentaires

Chaque leçon est illustrée par un exercice nommé travail personnel pour vous permettre de mettre en pratique les connaissances acquises dans la leçon. Bien qu’il en soit plus tout jeune (édition 1996) je recommande ce livre qui m’a grandement aider à avancer et comprendre.

 



Descendus de la même branche ? [Partie 5]

Alors au final, pourquoi faire une recherche descendante dans un arbre généalogique ? Il y en a peut-être d’autres, mais je vois 2 raisons possibles. La première c’est la cousinade. La seconde c’est la recherche des héritiers.

De plus en plus, on voit fleurir des annonces pour des cousinades. Mais une cousinade c’est quoi ? C’est une réunion de famille au sens large, on essaye de réunir tous les descendants vivants (sinon c’est glauque) d’un couple d’ancêtres. Si c’était votre objectif et que vous avez tablé sur un couple éloigné dans les hauteurs de votre arbre il vous faudra de la patience pour réaliser l’arbre descendant, mais aussi de l patience pour organiser votre évènement car cela ne se fait pas en claquant des doigts… Il y aura un certain nombre de contraintes à prendre en compte

  • météo
  • nombre de présents
  • lieu de réunion
  • des vivres pour tenir la soirée

C’est une sacrée aventure. Et comme chaque aventure elle se se réalisera pas sans obstacle. Je vous souhaite bon courage si c’est votre objectif.

Souvent confiée à des études de notaires les recherches de descendants pour des testaments sont celles qui sont faites pour retrouver les héritiers d’une personne. Les liens sont rompus, le testaments vient d’être retrouvé… Tant de possibilités qui font qu’il est nécessaire de retrouver les héritiers. Les notaires ayant un réseau et un champ d’actions plus étendus que ceux d’un généalogiste amateur il leur est alors plus facile d’arriver à leurs fins que nous…

Ainsi s’achève notre partie « Descendus de la même branche ? »…



Descendus de la même branche [Partie 4]

Nous voici dans l’avant-dernière partie de notre recherche de en matière de généalogie descendante. Dans la partie 5 on verra juste le pourquoi faire une généalogie descendante. La partie la plus délicate de notre recherche débute. Pourquoi délicate alors que si proche ? Justement parce que nous sommes arrivés à la génération des parents et à la notre. Et oui, rappelez-vous que pour chaque acte il existe une date limite avant consultation. Donc pour retrouver les personnes de votre arbre de descendance qui sont sur les 2 (voire 3 parfois) générations. Alors comment faire ?

Les forums, les sites, les magasines, les vivants.

Commençons par les vivants, il est possible que votre grand-père ait gardé des liens durant un moment avec ses cousins et cousines. Dans ce cas il vous faudra faire quelques recherches dans les archives de vos grand-parents, avec leurs accords ou celui de leurs descendants. Vous trouverez peut-être des faire-parts et même des photos ou du courrier. Votre annuaire vous aidera alors à contacter ces personnes. Lorsque vous leur expliquerez le but de votre démarche peut-être auront ils des informations à vous donner pour compléter ce que vous avez déjà récolté. Cependant certaines personnes seront peut-être réticentes à vous parler de leurs racines. N’insistez pas. Tant pis vous aurez une branche non déterminée, mais chacun a le droit de préserver son jardin secret et les informations personnelles tel que son ascendance ou sa descendance.

Les sites de généalogie vous permettent bien souvent de réaliser des recherches de cousinage. Cela permet en effet au site par biais d’algorithmes de recherche de retrouver des personnes ou des arbres qui comportent des ancêtres communs avec votre arbre. Cependant pour que votre recherche soit fructueuse il faut que vos cousins éloignés aient eux aussi un jour mis en ligne leur généalogie.

Les forums vont de la même façon que les sites vous aider dans votre recherches de cousins éloignés. Prenez par exemple le forum Généachtimi qui rassemblent des généalogistes du nord de la France et donne la possibilité de recherche de cousinage. D’autres existent sur le même principe.

Il existe des revues spécialisées, elles permettent à chacun de publier des annonces alors pourquoi ne pas en profiter pour expliquer votre projet et vos recherches ? Elles ont une portée limitée, il ne faut pas l’oublier, mais si la chance est avec vous, une réponse pourrait bien venir fleurir dans votre boîte aux lettres…



Descendus de la même branche ? [Partie 3]

Je suis de retour pour notre généalogie descendante. Je vous propose dans ce post de ne faire qu’un bilan de tout ce qui a été découvert pour tracer notre arbre de descendance depuis Thomas et Marie. Les tables décennales nous avaient permis de mettre en évidence un certain nombre de BIDULE nés entre 1903 et 1932 (16 naissances dont 9 pour notre généalogie descendante), mais également 14 décès de membres de la famille BIDULE entre 1903 et 1942 (dont 4 parmi les membres de notre exemple). Depuis le début de la partie 1 nous avons donc établi que :

  • Thomas Eugène Joseph BIDULE et sa femme Marie Marguerite Rose MOSNIER ont eu 8 enfants :
    • Charles Joseph, né le 17/07/1886, il épousa Antoinette Marie ROSE le 18/04/1907. Ils eurent 3 enfants :
      • Charline Rose, née le 17/07/1909.
      • Antoine Félix, né le 31/05/1911.
      • Félicien Gaston, né le 31/05/1911.
    • Georges Joseph, né le 18/12/1887, il épousa Mathilde Marie PHILIPPE.
      • Nous n’avons pour l’instant pas trouvé d’enfant pour ce couple.
    • Jean Joseph, né le 03/03/1890, il décéda à l’âge de 7 ans.
    • Marie Jeanne, née le 14/02/1892, elle épousa Antoine Philippe BIZET le 15/12/1919. Ils eurent un fils :
      • Nicolas Jean BIDULE, né le 03/11/1919, reconnu BIZET le 15/12/1919.
    • Rose Aldegonde, née le 13/08/1894, elle épousa Arthur JOUFFRE le 04/09/1918. Rose Aldegonde mourut en couche lors de la naissance de leur second enfant :
      • Gaston Emilien JOUFFRE, né le 01/01/1919.
      • Nathalie Marie JOUFFRE, née le 09/04/1920.
    • Marie Thérèse, née le 25/06/1897, elle décéda à l’âge de 5 ans.
    • Nicolas Jean, né le 31/12/1900, il épousa Béatrice Marie BLANC. Ils eurent des triplés :
      • Jules Joseph, né le 18/11/1927.
      • Nicolas Joseph, né le 18/11/1927.
      • Norbert Pierre, né le 18/11/1927.
    • Michel Antoine, né le 31/12/1900, il ne vécut que 2 jours.

Cette forme de listing s’approche de ce que l’on appelle une généalogie rédigée. Demain matin, je vous expliquerai les termes  de « Généalogie simple » et « Généalogie rédigée ». Si j’ai suffisamment de temps nous parlerons également de l’ordre des enfants dans une fratrie. Puis dans un dernier post sur la généalogie descendante « Descendus de la même branche ? » nous verrons comment terminer notre recherche des descendants de Thomas Eugène Joseph BIDULE et Marie Marguerite Rose MOSNIER.



Les JO sans faire de sport…

Pendant notre cas de généalogie descendante, je vous ai parlé du Journal Officiel. Saviez-vous que c’est une source d’informations à ne pas prendre à la légère ? Les médailles remises par exemple sont listées dans ce document. Vous pouvez trouver les archives sur le site Gallica de la BNF.

gallica

Pur bonheur que de retrouver trace de la remise de médaille d’or de la famille française à votre arrière-grand-mère en 1935… Qu’apprend-on à part que votre arrière-grand-mère fut décorée ? Le nombre d’enfants que son époux et elle avait déjà eu à cette date. Si ça c’est pas une information qui pourrait vous aider lors d’une recherche de descendance… Voici pour exemple un extrait du journal officiel du 28 novembre 1935. Ce n’est pas complètement pris au hasard puisque j’ai pris le début de la partie sur la médaille de la famille française. J’espère que les personnes citées m’excuseront…

extrait-JO-nov1935-medaille-famille-française

Vous pourrez trouver bien d’autres informations dans ces pages :  des nominations, des décorations… Prenons un autre exemple, la légion d’honneur, les décorations aux différents grades de la légion d’honneur seront énumérées dans ces pages. J’ai pris ici un extrait de 3 hommes décorés de la légion d’honneur, même journal officiel que précédemment. On lit qu’il ont reçu le garde de chevalier. On apprend leur ville de domiciliation et la raison de la décoration.

extrait-JO-nov1935-légion d honneur chevalier 3 hommes

Les médailles militaires (on peut donc savoir si le soldat est encore en vie ou si c’est une décoration à titre posthume), les pensions aux veuves (on a donc l’information sur le décès de l’époux, même si la date n’est pas fournie)… En fait, vous venez d’être promu au rang de détective ! Sherlock Holmes n’a qu’à bien se tenir…



123

Ecigb7dp |
Velay ô Vivarais Royal |
Mon BLOG sur l'Histoire |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Légende Urbaine
| Mabibliothèque
| Lefleuvedeleternite