La vie généalogique n’est pas un long fleuve tranquille… [1/2]

Il est des jours où ce n’est pas facile d’être un généalogiste amateur… Une branche que l’on ne parvient pas à compléter, des erreurs de notations… Tout est fait pour ne pas nous simplifier la vie autant qu’on le souhaiterait… Mais alors quelles sont ces difficultés qui font obstacles ?

Le temps de recherches

Entre les obligations professionnelles, les devoirs familiaux, les besoins personnels, il n’est pas toujours aisé de trouver du temps pour se consacrer à ses recherches. Parfois même ce temps libre ne correspond pas avec les horaires des mairies ou archives départementales…

La distance

Les archives départementales ne sont pas toujours à 2 villes de là. La mairie de Farfaraway, ce n’est pas la porte à côté. Alors quand il est question de déplacement les kilomètres ont tendance à s’accumuler vite. Ce n’est pas toujours évident, il faut avoir un moyen de transport ou alors en trouver un.

Le vide documentaire

Même si la mairie du village a fait très attention, catastrophes naturelles, guerres, pillages, incendies… Les causes peuvent être diverses et souvent provoquer une perte de données importante. C’est une des façons de se retrouver avec des branches bloquées. Alors si le double des registres n’a pas été envoyé aux archives départementales ou ont subi le même sort c’est parfois la fin de l’aventure pour cette partie d’ancêtres qui deviennent introuvables (ou presque, parfois on a de bonnes surprises avec d’autres documents…)

Les erreurs des autres

Les employés de mairie, les officiers d’état civil, tous sont des humains (même si parfois on a des doutes sur certains). Ils ne sont pas des machines et sont donc sujet aux erreurs. Alors que retranscrire l’oral n’est pas toujours aisé, il est parfois encore plus difficile de faire contrôler puisque le nombre d’analphabètes était auparavant bien plus important qu’aujourd’hui.

Dupont et Dupond

Quand Madame Dupond a accouché le 03 mars dernier d’un petit garçon, Monsieur l’a fièrement prénommé Georges comme son propre grand-père. Quand Madame Dupont a accouché le 05 mai dernier d’un petit garçon, Monsieur a donné à l’enfant le prénom du meilleur ami de son grand-père Georges. Nous voici donc avec 2 enfants nés la même année, à 2 mois d’intervalle, mais surtout se sont des homonymes. Nous avons vu précédemment que blanc-bonnet et bonnet-blanc sont souvent la même personne. Mais souvent n’est pas toujours. C’est pourquoi il faudra garder le doute et vérifier dates et tables annuelles (voire décennales) la plus part du temps pour être sur de parler du bon Georges…



Laisser un commentaire

Ecigb7dp |
Velay ô Vivarais Royal |
Mon BLOG sur l'Histoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Légende Urbaine
| Mabibliothèque
| Lefleuvedeleternite