Alphabétisation et Signature

On nous apprend depuis tout petit qu’il ne faut pas signer un document sans l’avoir lu, ce qui sous-entend qu’il faut tout d’abord savoir lire pour valider le dit document. Chacun cherche au fur et à mesure ou par apprentissage à rendre sa signature personnelle, de sorte qu’elle soit identifiable de celle du voisin ou du frère.

L’article « La croissance de l’alphabétisation en France (XVIIIe-XIXe siècle) » de François Furet et Wladimir Sachs en  1974 traite (entre autre) de la corrélation entre l’alphabétisme et la signature. Je n’ai pas encore fini de le lire (25 pages), mais en voici déjà un extrait fortement porté sur l’éducation et les niveaux d’instruction :

La croissance de l'alphabétisation en France (XVIIIe-XIXe siècle)

Parmi les livres récemment acheté se trouve « Les signatures de nos ancêtres, ou l’apprentissage d’un geste » par Thierry Sabot :

  signature signature 4eme de couv

Ce livre retrace une histoire de la signature et cite (comme l’article au dessus) l’enquête Maggiolo (dans un dossier spécial) sur l’alphabétisation avant de poursuivre sur les différentes signatures pas genre / lieux / profession / confession… L’auteur propose également une grille d’évaluation des signatures qui pourrait bien se révéler un atout important pour les généalogistes amateurs que nous sommes. L’auteur est également membre fondateur du magazine-web www.histoire-genealogie.com où ce diplômé d’histoire livre une approche dite pluridisciplinaire de la généalogie qu’il pratique depuis plus de 20 ans.

Pour compléter ces informations je vous conseille aussi l’article sur Généawiki traitant des signature et qui comporte un tableau de comptage des signatures des époux lors des mariages suite à l’enquête Louis Maggiolo.



La vie généalogique n’est pas un long fleuve tranquille… [2/2]

S’il y a un [1/2] dans un titre, vous vous doutez bien qu’il y aura un [2/2]… Continuons donc dans ce post à parler des obstacles que nous pouvons rencontrer lors de nos recherches généalogiques.

Les enfants naturels.

Non pas qu’ils soient en opposition avec des enfants extraterrestres, les enfants naturels sont ceux dont on ne connait que l’un des parents. La plus part du temps on ne connait que la mère de l’enfant, Monsieur ayant pris la clé des champs. Cependant le cas de figure n’est pas toujours que Mademoiselle ayant honte d’avoir péché garde pour elle le prénom du géniteur, parfois Mademoiselle a juste vécu un drame (trop souvent impuni par silence) qui l’a faite tombée enceinte… Parfois Monsieur n’était pas au courant et l’enfant fut déposé sur le pas de la porte… N’oublions pas également les enfants abandonnés par leurs deux parents… Toujours est -il que ces cas de figure finiront par vous bloquer, temporairement ou non…

 L’Histoire et les mouvements de foule

Une peste. Une guerre. Un nouveau départ… L’Homme sédentaire est parfois forcé de se transformer en nomade un temps pour s’établir à nouveau, plus loin, beaucoup plus loin, si loin… Le village de l’autre côté de la rivière n’est pas bien loin, mais lorsque l’on ne connait pas la géographie du coin on est bien embêté pour retrouver de potentiels villages de naissance par exemple. Lorsque l’on ne connait pas bien l’Histoire d’un lieu, on peut aussi parfois se retrouver en difficulté pour comprendre pourquoi pépé n’est pas d’ici. Une guerre peut faire se déplacer des foules, une épidémie peut faire déménager des villages, la quête d’un nouveau départ peut amener les parents de pépé à chercher du travail et où s’établir à l’autre bout du département… Ou plus loin… Prenons l’exemple des mineurs du nord… Combien de Gueules-Noires étaient polonaises ou d’origine polonaise ?

Nos connaissances

On ne peut pas être bon en tout, on ne peut pas tout savoir. C’est pourquoi parfois déchiffrer un document aurait été plus simple avec quelques connaissances paléographiques. Que ce soit mal écrit, que ce soit détérioré, que ce soit une vieille écriture, il n’est pas toujours aisé d’avoir les connaissances et ressources pour palier à cet obstacle. La lecture devient un exercice difficile. L’interprétation relève plus de la divination.

Nous-même

Parfois l’obstacle à notre avancée n’est autre que nous-même… Garder la même motivation ou une motivation grandissante en chaque instant est quasiment impossible ! Alors parfois, vous aurez un petit coup de mou. Parfois vous n’aurez pas envie de bouger de votre canapé. Parfois vous n’aurez pas envie tout court. Si ce n’est pas fait avec plaisir ça risque d’être mal fait, alors ne vous forcez pas trop non plus, juste un peu, juste ce qu’il faut…



L’entraide géographique

Je t’aide, tu m’aideras.

C’est un peu le principe en version TRÈS résumée du sujet de ce post. Si je suis en Moselle et que mes recherches portent sur le Nord ou l’Hérault, il me sera difficile de me déplacer régulièrement aux archives départementales. On est certes jamais mieux servi que par soi-même, mais il faut aussi savoir faire confiance aux autres, même quand on ne les connait pas.

Alors dans la pratique ça donne quoi ? Par exemple je cherche à compléter ma « collection » d’actes pour la branche « LEININGER » de mon arbre que l’on retrouve à la 5ème génération en Moselle. Sauf que la 6ème génération n’est pas du coin, puisqu’elle est née dans le Bas-Rhin. Me rendre là-bas me sera difficile. Le site des archives départementales du Bas-Rhin est à 250 km de chez moi. Sur les sites de généalogie on trouve bien souvent dans les sections forum des propositions d’entraide géographique. Une personne, se propose pour un canton, un département ou plus de se rendre aux archives à votre place. Vous lui transmettez les informations nécessaires à votre recherche et quand cette personne à le temps de se rendre sur place elle parcourra le passé à votre place. Le principe est que ceci ne doit pas être à sens unique. Si quelqu’un vous aide, il est bien également qu’un jour vous puissiez rendre la pareille à cette personne ou une autre.

C’est actuellement ce qui se passe dans mon cas. Dans quelques jours je serais en congés et je compte bien aller passer au moins de 2 jours aux tables de la salle de lecture des archives départementales de Moselle. Alors j’ai ouvert un post sur lequel je propose  mon aide à ceux trop loin ou trop occupés. Une douzaine de recherches différentes seront ainsi effectuées par moi-même pour d’autres. Je sais déjà que si le besoin s’en fait ressentir, j’aurai de l’aide dans le Bas-Rhin, sur Paris et sur Rennes…

Elle est pas belle la vie ?



Ecigb7dp |
Velay ô Vivarais Royal |
Mon BLOG sur l'Histoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Légende Urbaine
| Mabibliothèque
| Lefleuvedeleternite