Un autre monde… [seconde visite troublante]

Lors de ma première visite en ce lieu sacré pour les âmes en recherche d’informations que sont les Archives Départementales je fus fort bien accueillie et guidée. Histoire de simplifier mon récit je vais nommer Nicolas le président de salle (je ne sais pas comment il se prénomme, donc je lui donne arbitrairement le prénom que je veux). Nicolas m’a instruit des règles de la salle et m’a expliqué sur un cas concret comment procéder pour trouver registre ou microfilm et les commander. Il m’a même montré comment procéder avec la visionneuse puis fournis des documents relatifs à la calligraphie allemande et aux actes en allemand car n’oublions pas que la Moselle ne fut pas toujours Française…

Ma seconde visite fut tout autre. Nicolas n’était pas présent. Ou alors il avait bien changé puisque à sa place c’était une dame, enfin je devrais dire un dragon… Nommons la Denise (je m’excuse pour toutes les Denise de Navarre et d’ailleurs, il fallait bien lui donner un prénom…). À mon entrée en salle de lecture, Denise trônait en tant que présidente de salle. Vous verrez que je pèse mes mots… Je lui ai chuchoté un bonjour qui est resté sans autre réponse qu’un regard peu amical. Je prends place à la table 10 (je sais pas pourquoi, mais j’aime bien cette table et je m’y installe à chaque visite). Arrive un homme (alors lui je vais l’appeler Robert), peu discret dans sa démarche et à la voix forte, il débarque dans la salle de visionnage en même temps que moi.

Robert c’est le genre d’homme très hautain, auprès de qui le monde entier devait se prosterner (enfin c’est de son attitude que je déduis cela), tout lui était dû… D’une patience d’ange, d’une discrétion exemplaire et l’air tellement calme et absolument pas sanguin… Enfin bref tout ça pour dire que sa présence était déconcertante, « déconcentrante » et à fuir… Donc je ne suis pas restée plus que nécessaire dans la salle de lecture des microfilms, je suis retournée bien vite aux registres papier… Se présente alors un homme assez âgé, disons que lui c’est Georges. Georges c’est le contraire de Robert et Denise.

Georges, c’est l’homme qui respecte le silence des lieux. Georges, c’est le genre de personne qui a toujours peur de déranger. Il n’est pas vraiment dans son élément ici. On le sait, c’est visible. Il est mal à l’aise et complètement perdu. Prenant son courage à deux mains, Georges a demandé à Denise de l’aide pour trouver le seul document qu’il est venu chercher : « Vous comprenez, ça fait presque 10 ans que je ne suis pas venu, je suis un peu perdu dans la marche à suivre. » Denise, d’une voix forte pour montrer qu’elle est souveraine ici et affirmer sa position en ces lieux lui a expliquer à la vitesse d’une mitraillette automatique la méthode. Le tout, s’il vous plait, dans un jargon informatique qui a noyé le pauvre Georges en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Lorsqu’il a eu l’audace (sentez bien toute l’ironie qui transpire ici) de lui demander de répéter un peu plus lentement, Denise a envoyé Georges à la table des catalogues en lui rétorquant « Je viens déjà de tout vous expliquer !« . Dire que j’étais outrée est un doux euphémisme.

Étant moi-même à la table des catalogues, j’ai chuchoté à Georges que je pouvais essayer de l’aider s’il voulait. J »ai pu voir fleurir un sourire sur ses lèvres et de la reconnaissance dans son regard. Nous avons donc cherché ensemble dans les catalogues de registres et de microfilms la référence du document dont Georges avait besoin. Nous déplaçant au pc, j’ai montré à Georges comment faire. « C’était pas comme ça à ma dernière visite. Il n’y avait même pas d’ordinateur. » Ah ben oui là forcément, ça doit faire bizarre… Et là nouvelle surprise ! Si mon numéro de lectrice comporte 5 chiffres, celui de Georges lui n’en comporte que 3 !

La malchance de Georges ne s’est hélas pas arrêtée au trône du dragon puisque l’unique document que Georges souhaitait consulter n’était pas disponible (en désinfection ou restauration je crois). La seule personne qui aurait pu le renseigner sur la durée des travaux et donc la durée d’attente étant le dragon Georges a préféré abandonné, refusant même que je demande moi-même. J’ai vu Georges repartir tout penaud de sa vaine recherche qui suivait un accueil déplorable… Pauvres aînés !



Laisser un commentaire

Ecigb7dp |
Velay ô Vivarais Royal |
Mon BLOG sur l'Histoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Légende Urbaine
| Mabibliothèque
| Lefleuvedeleternite