Le site des AD 33

J’ai besoin de soleil et quand je vois la météo aujourd’hui je me dis qu’un tour en Gironde ne me ferait pas de mal. Ne pouvant me déplacer, allons y via le site des AD33

AD33 - bandeau

Dès le bandeau, comme pour beaucoup de site d’AD, on a un aperçu des locaux et un site internet clair. Dans des tons très natures (marron clair et vert), le site des AD33 propose un menu sous son bandeau, un second menu sur le côté gauche et des liens rapides sur le côté droit. Une chose m’a de suite attirée en ouvrant cette page :

acces carto etat civ

Oui, vous lisez bien… La collection des AD33 ne se limitent pas à des fonds d’archives, mais propose également pour accéder aux documents de l’état civil un module cartographique. Il est de ce fait nécessaire d’avoir un minimum de  notion de la géographie girondine, même si le module propose un menu déroulant avec la liste des villes et villages ou un pop-up nominatif lors du passage de la souris.

geo grondine

État civil, cadastre napoléonien, archives notariales, passeports… Les ressources sont variées et très simples d’accès. Le module de lecture est fluide, son zoom fait la mise au point vraiment rapidement et l’on y navigue avec plaisir. J’en viendrais à déplorer que mes ancêtres ne soient pas de la région…

Une page « Mode d’Emploi » est à disposition du visiteur afin de comprendre comment se servir de GAEL (Gironde Archives En Ligne). À noter également un onglet avec l’historique des recherches effectuer lors de votre session qui permet entre autre de ne pas refaire complètement une recherche ou encore accéder à nouveau et rapidement à une recherche faite.



Les difficultés posées par les noms en généalogie

Voici le premier livre de l’année, Les difficultés posées par les noms en généalogie, écrit par Marie-Odile MERGNAC. Elle est historienne, journaliste et généalogiste. On apprend sur la page Babelio qui lui est consacrée qu’elle est la créatrice de la collection sur la généalogie et les noms de famille aux « Éditions Archives & Culture ». C’est d’ailleurs l’un de ces livres que j’ai aujourd’hui entre les mains.

FullSizeRender (2)

L’ouvrage est séparé en deux parties, la première concerne les prénoms et couvre 1/3 du livre environ alors que la seconde concerne les noms de famille et accapare les 2/3 du livre. Commençons donc par les prénoms. À l’église et à la mairie, les parents donnent 1 ou plusieurs prénoms, parfois différents, parfois dans un ordre autre et parfois les mêmes… C’est un peu la loterie en fait. L’auteur donne des conseils et des pistes à suivre pour essayer de s’y retrouver surtout quand dans une fratrie les prénoms sont identiques, seul change l’ordre ou que le prénom se transmet de père en fils…

4eme couv nom diff

La seconde partie est bien plus conséquente comme je le disais précédemment, en effet, passant par le problème de l’orthographe et de la lisibilité de l’écriture, Marie-Odile MERGNAC nous amène à la question de la langue, des noms traduits suivant la région mais aussi suivant le pays. Particules et surnoms sont également abordés dans ces pages. J’ai pris beaucoup de plaisir sur les pages presque paléographiques, mais le chapitre concernant les « Pièges en Alsace » à toute ma préférence (surtout depuis que je travail sur l’arbre Alsacien-Lorrain de monsieur).

Edit du 16/02/2017 : suite à un souci la publication au 15/02 n’a pas pu avoir lieu. Correction faite, voici donc le post.



Le site des AD57

J’ai déjà parlé plusieurs fois des AD57, mais je n’avais pas encore rédigé un article sur le site internet hormis celui sur la refonte du module de lecture. Je vais donc ici remédier à ce manquement.

entete AD57

Comme le montre l’entête, le site est coloré. Tout est clair et même pastel, tant le fond que les textes. Ce site n’est pas seulement celui des archives départementales, mais celui des archives en général. En effet, il donne une visibilité sur les AD57 situées à Saint-Julien-Lès-Metz, mais également des informations sur le   CAITM « Centre des Archives Industrielles et Techniques de la Moselle » situé à Saint-Avold.

AD57 & CAITM

Dans le menu de gauche, il suffit de passer par « Recherches » pour accéder aux archives en lignes. Celles-ci sont diverses et ne sont pas uniquement composées des registres paroissiaux ou des tables décennales de l’état civil puisqu’elles offrent également un accès à une partie des registres de matricules militaires (classes 1893-1921) ou encore aux plans cadastraux napoléoniens (1804 et 1845).

les archives en ligne

Le site st donc assez simple pour être accessible à tous, petit bémol tout de même lorsque l’on souhaite consulter un registre. Prenons par exemple les tables décennales d’un village de Moselle, Ars-Laquenexy. Si vous cliquez (clic gauche ordinaire) sur le nom de la ville l’écran vous répondra « Aucune réponse à votre recherche », alors que si vous procédez par un clic droit puis « Ouvrir dans un nouvel onglet » vous verrez 2 registres disponibles… De quoi rebouter ceux qui ont très peu de connaissances informatiques ou ceux dont la patience n’est pas à toute épreuve.

En ce qui concerne le module de lecture, je ne vais pas vous réécrire ce que j’ai déjà publié, juste vous redonner le lien : Refonte du module Mosellan.

Edit du 16/02/2017 : suite à un souci la publication au 10/02 n’a pas pu avoir lieu. Correction faite, voici donc le post.



Le petit oiseau va sortir

Austères, fort sérieuses, tristes, mornes, voici plusieurs qualificatifs que l’on peut entendre en présentant des photographies anciennes de type portrait. Pourquoi ? Tout simplement parce que le ou les sujets ne sourient pas. C’est courant, très courant de voir toutes ces photographies dépourvues de l’étincelle de la joie dans les albums de nos grands-parents et aïeux plus anciens. Si la question s’est souvent posée, les théories divergent parfois et d’autres se rejoignent. Au cours de mes recherches sur le sujet j’ai entre autres lu les articles suivants :

  • « Pourquoi les personnes ne souriaient pas sur les photos d’époque » – Publié dans Égalité et Réconciliation en octobre 2013
  • « Pourquoi personne ne sourit sur les vieilles photos ? » – Publié dans Le Vif en juillet 2015
  • « Pourquoi les personnes ne souriaient jamais sur les photos d’époque » – Publié dans 7 Sur 7 en octobre 2013

Je vais donc vous résumer les différentes théories avancées :

Théorie N°1 – La Technologie

L’idée qui revient partout et toujours porte avant tout sur la technologie. En 2017, faire une photo c’est Lucky Luke puisque c’est déjà imprimé ou classé dans un album avant qu’on ne se rende compte que la photographie est prise. Mais en 1867, la photographie n’est pas autant répandue ni évoluée. Le temps de pose est long. Au XIXème siècle, le laps de temps nécessaire à capturer image et lumière est d’environ 10 minutes. À moins d’être Miss France, il est difficile de rester 10 min  ainsi sans finir crispé… Cette théorie est souvent appuyé par « l’influence et habitude de la peinture » car le modèle du peintre devait des heures durant tenir la pose et qu’il n’était pas habitué avec la photographie à tenir « si peu » la pose.

apa

Théorie N°2 – L’Hygiène Dentaire

Ça peut paraître farfelu ou capillotracté, mais c’est bien l’une des théories avancée par certains. Mais si on y réfléchit bien, sourire c’est souvent montrer sa dentition. Le métier de dentiste ou chirurgien-dentiste n’est pas si ancien que cela puisqu’il semble qu’il soit plus question de généralistes du moyen-âge au XVIème siècle, de barbier-chirurgiens pratiquant la dentisterie jusqu’au XVIIIème siècle. Ensuite ? Il est nécessaire d’effectuer de plus amples recherches sur le métiers et son accès à la population pour pouvoir apporter un semblant de réponse.

Théorie N°3 – Seuls les idiots sourient

Par idiots, il faut entendre enfants, pauvres, démunis, filles de joie, amuseurs publics, sots, ivrognes et simples d’esprits… Dois-je détailler l’idée que le rire était mal vu et dénoter d’un manque de sérieux de la personne ? Bien que cette théorie vive des heures difficiles avec les archives publiées en ligne depuis quelques années, dont les portraits présent sur le groupe Flickr ‘The Smiling Victorians’, elle fut longtemps mise en avant ajoutant que les conditions de vie ne prêtaient pas à rire.

dents-jaunes-conseils

Théorie N°4 – Le ridicule n’est pas immortel

Puisque sourire n’est pas sérieux et même ridicule, il est inconcevable de sourire sur une photo à destination des générations prochaines. La postérité et l’immortalité n’ont que faire du ridicule. Mais il fut une tradition relative au processus de deuil qui vous donnera froid dans le dos : les photographies post-mortem. Je ne vais pas vous faire un exposé sur le sujet, l’article Wikipedia s’en chargera et le livre d’Emmanuelle HÉRAN « Le Dernier Portrait » vous l’exposera bien mieux que moi. Toujours est-il qu’il était courant de mettre en scène les récents décédés pour les familles souhaitant garder un souvenir « vivant » du défunt (souvent les enfants). Je trouve cette pratique assez flippante, mais chacun ses goûts…



Nos ancêtres avaient de l’humour

Parfois lorsque je fais une recherche d’acte d’état civil, je prends un peu de temps pour regarder autour. C’est dans des moments comme celui-ci que l’on trouve des références aux quelles on ne s’attendait pas ou encore des dénominations insolites. En plein recherches dans les registres NMD d’Anor (59) couvrant les années 1831-1854, j’ai pu découvrir la naissance de Romain Jules César (c’est tout de même historique non ?).

nos ancêtres avaient de l humour - Anor - 1831-1854 NMD

Quelques jours auparavant j’étais en pleine lecture d’un registre paroissial de Rocroi (08) partant sur la période 1776-1780. Deux choses m’ont interpellée, la première fut les « statistiques » apportées sur le registre. En soit rien de transcendant, mais je n’y avais jusqu’ici jamais fait attention. Je pense que c’était courant, mais n’ayant pas porté mon attention sur ces notations, je ne m’en étais pas encore rendue compte.

premières stat - ardennes - rocroi - 1776-1780

La seconde fut au sein même d’un acte. Le prêtre en 1780 lors d’un baptême se désigne par son « titre » et ses études et non pas par ses nom et prénoms. La signature répétitive dans le registre donne un indice, mais il n’est pas clairement nommé dans l’acte de baptême. Il me faudra me renseigner pour savoir si la pratique était courante.

AD08 - Etudes du prêtre sur acte de naissance 1780 Rocroi



Ecigb7dp |
Velay ô Vivarais Royal |
Mon BLOG sur l'Histoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Légende Urbaine
| Mabibliothèque
| Lefleuvedeleternite