Retour sur « mon » 4ème week-end SNT

Persuadée que le 1 & 2 avril 2017 avait lieu le 4ème week-end « Sauvons Nos Tombes » organisé par Généanet, j’ai voulu participer. Pour une fois que j’étais disponible… Donc je vais me mettre un rappel et noter qu’en fait c’est le 5ème et qu’il a lieu les 8 et 9 avril 2017… Moi à côté de mes pompes ? Oui je crois que là c’est même pire que ça… Enfin c’est pas grave… Je vais tout de même vous raconter.

Ce week-end monsieur travaillait, donc j’étais libre comme l’air (non il ne me séquestre pas, mais disons qu’on a pas toujours les même centre d’intérêts). Ayant en mémoire le week-end SNT qui approchait, j’avais préparé durant la semaine mon planning qui comportait pas moins d’une demi-journée de libre pour ce que d’autres ont jugé comme une occupation glauque : prendre en photo les tombes du cimetière du village. Application téléchargée, batterie du téléphone au taquet. Me voici qui pénètre dans ce lieu de silence. Tout d’abord par où commencer ? Tant qu’à faire être aussi méthodique que possible, ne pas commencer par le milieu et se perdre dans le jeu du « déjà photographié ou pas ? » J’ai descendu l’allée la plus à droite et j’ai commencé mon petit boulot d’images.

Rangée A pour débuter, j’étais plus bien pour démarrer. Une tombe, deux tombes, trois tombes… Hum plus rien de lisible sur celle-ci. La suivante était sous la verdure et aucun signe nominatif. Je poursuis. Au fur et à mesure de mon avancée sur les rangées A et B, je me rends compte qu’il y a très peu de prénoms. La plus grande partie des tombes ne nomme que les familles, pas les individus. Tant pis je poursuis, avec les allées C & D. Et puis l’une d’elle me fait faire une pause… J’ai l’impression de ne pas être réveillée complètement, je suis à la limite de vérifier dans un calendrier le nombre de jours de février 1961…

4snt

Les passages entre les sépultures sont étroits voire parfois quasiment inexistants. Certaines semblent avoir traversé des siècles vue leur état et pourtant parfois l’état de la pierre n’est pas comparable à l’état de la plaque nominative. C’est presque déstabilisant de voir du presque neuf sur du si ancien. Je redresse une plante par-ci par-là. Et j’avance. Arrivée à 127 photographies prises la mémoire est saturée, il faut télécharger celle-ci sur le site afin de pouvoir poursuivre. Je débute le téléchargement (l’option de suppression automatique est vraiment bien). Pendant qu’il tourne, j’observe autour de moi la vie parmi les morts. Quelques personnes sont passées entretenir une sépulture à plusieurs rangées de moi. D’autres sont réunis autour d’un trépied à l’autre bout du cimetière. RIP à celui à qui ils sont venu rendre hommage. On m’observe. On me regarde. Je pense que les gens vérifiaient si je n’étais pas venu troubler le repos des anciens ou profaner leur dernière demeure.

Le transfert est terminé, 20% du cimetière est photographié. Sauf que je suis déjà là depuis presque 2h… E & F sont presque achevée, je continue mon périple dans les temps anciens. G & H se profilent dans mon objectif. La météo se joue de moi; J’ai commencé avec le vent, qui fut remplacé par la pluie, à présent je cuis littéralement sur place. Le soleil dans mon dos chauffe et semble déterminé à laisser des reflets et des ombres sur chacune des photos que je prends, lorsque le lierre ne s’improvise pas décor.

sepulture-lierre

I & J me voient débarquer entre elles. C’est surtout du « comme je peux » que de l’avancé régulière. Parfois il y a un espace grand comme une sépulture parfois il n’y a que la place d’un pied entre elles. Je prends le parti d’agir comme si la seconde option était unique. Troubler le repos des morts en leur marchant dessus par défaut de pierre tombale ? Personnellement ça me met mal à l’aise dans un cimetière. La plaque de verre gravée sur la tombe suivante est en morceaux éparpillés tout autour de la roche. Une photo avant, une photo après « puzzle ». Il manque des morceaux, la lecture ne sera pas aisée. Allées K & L. Un problème similaire se représente à moi, sauf que cette fois le verre n’est qu’en deux morceaux dont l’un trône sur le flanc de la sépulture alors que l’autre l’attend patiemment sur le dessus. Je repositionne la plaque, redresse la tête et je vois un vieux monsieur hocher de la tête en me voyant faire puis se détourner… Quand je vous disais qu’on m’observait.

Le temps passe et je dois partir. 40% du cimetière est ainsi photographié. J’ai mis presque 4h30 pour le faire. Je rentre et pendant le téléchargement des dernières photos je commence le travail d’indexation.



Laisser un commentaire

Ecigb7dp |
Velay ô Vivarais Royal |
Mon BLOG sur l'Histoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Légende Urbaine
| Mabibliothèque
| Lefleuvedeleternite