La presse ancienne à votre rescousse…

En balade ce week-end dans divers magasins, j’ai fait une halte dans l’un d’eux connu pour ses articles de culture (films / livres / arts créatifs…). Je suis bien entendu ressortie avec 3 nouveaux guides de généalogie. Je vais vous présenter aujourd’hui « Utiliser la presse ancienne en généalogie » de Laurence Abensur-Hazan. (Je vous renvoie directement sur son site pour plus d’information sur elle plutôt que de faire de la paraphrase).

IMG_1751

Si la presse existe depuis plusieurs siècles, ce n’est que depuis 2 siècles (et demi) que celle-ci est libre en France, depuis la déclaration des droits de l’homme et du citoyen en 1789 qui garantit la liberté d’expression et de pensée. L’alphabétisation de la population en hausse (presque 95% en France avant la première guerre mondiale) contribua grandement à son développement et son expansion.

Utilisée pour informer, certains titres se spécialisent dans les thèmes, mais on voit également apparaître la presse d’opinion, celle qui amène au débat. Mensuelle, bimensuelle, hebdomadaire, quotidienne… La presse est diverse tant par la forme, le contenu, la récurrence de publication… Alors que d’un côté on trouvera une feuille unique de l’autre c’est un recueil de plusieurs pages. Local, régional, national ou international, chaque journal suit une ligne directrice qui lui est propre…

Mais que trouve-t-on dans ce que l’on appelle vulgairement « feuilles de choux » et qui ne sortent pas d’un potager ?

Naissances, mariages, décès peuvent faire l’objet d’encart ou d’articles, même si bien souvent il faut être au minimum une personnalité locale pour y paraître. Dramatiques, mais utiles, les faits-divers peuvent répondre à certaines questions (décès prématuré par exemple). Les petites annonces, mais également les anecdotes vous permettront d’en savoir plus sur la vie des uns et des autres. J’ai ainsi découvert des articles sur l’achat d’une voiture par un couple dans un petit village… Les têtes blondes ne sont pas en reste puisque bien souvent on y fait mention des voyages ou encore des examens… Si Monsieur Untel a sauvé Mademoiselle Bidule de la noyade, son acte héroïque apparaîtra également dans la presse.

Pour le reste, je pense que regarder la table des matière du livre est encore plus explicite, en voici un extrait :

Naissances, Mariages et Décès
Scolarité et profession
Listes nominatives très variées
Faits divers et actes héroïques
Données sur les biens et le patrimoine
Informations sur les successions
Informations commerciales

Comme vous le voyez sur la photo au-dessus et celle plus bas j’ai déjà commencé à mettre des repères dans ce livre qui est franchement très intéressant et complet. Lorsque ma lecture sera achevée, j’aurais peut-être plus à en dire encore…

IMG_1752



Enfants abandonnés, enfants sans père…

En mai j’avais commandé un livre dont le sujet était justement la recherche de filiation pour les enfants abandonnés ou ceux dont seul l’un des parents était connu. Puisque l’autre jour je parlais justement de mon arrière-grand-père Louis, c’était l’occasion supplémentaire (comme si j’en avais vraiment besoin) de prendre en main ce livre et en parler avec vous… L’auteur est Myriam Provence, je vous renvoie directement à son site pour plus d’informations sur elle. Elle n’en est pas à son coup d’essai en matière de guides généalogiques, bien que pour l’instant ce soit l’un des seuls ouvrage d’elle que je possède.

IMG_1758  IMG_1759

Ma méthode de lecture est inchangée comme vous pouvez le constater, c’est étiquette à tout va pour marquer les passages importants… Tout au long de la première partie, qui est un rappel historique sur l’abandon d’enfants, on observe que ce fait n’est pas nouveau d’une part, mais surtout pas si rare que cela. Les méthodes ont évolué dans un souci de protection de l’enfant, mais le rejet reste bien réel. Cette première partie s’achève sur la notion de « né sous X », des noms donnés aux enfants trouvés et de l’adoption.

Les seconde et troisième parties du livre ont pour thème les recherches à proprement parler. La seconde partie développe les possibilités de filiations pour les enfants abandonnés. De nombreuses histoires réelles sont relatées pour illustrer les propos de l’auteur en plus des gravures, photographies et autres copies de documents.

La troisième partie quant à elle (celle qui m’a le plus intéressé par rapport à mon arbre) a pour sujet les enfants naturels. Suivant l’époque, des solutions sont envisageables, mais il faut toujours garder en tête qu’il est possible d’être dans une voie sans issue car toutes les énigmes n’ont pas de solution…



Alphabétisation et Signature

On nous apprend depuis tout petit qu’il ne faut pas signer un document sans l’avoir lu, ce qui sous-entend qu’il faut tout d’abord savoir lire pour valider le dit document. Chacun cherche au fur et à mesure ou par apprentissage à rendre sa signature personnelle, de sorte qu’elle soit identifiable de celle du voisin ou du frère.

L’article « La croissance de l’alphabétisation en France (XVIIIe-XIXe siècle) » de François Furet et Wladimir Sachs en  1974 traite (entre autre) de la corrélation entre l’alphabétisme et la signature. Je n’ai pas encore fini de le lire (25 pages), mais en voici déjà un extrait fortement porté sur l’éducation et les niveaux d’instruction :

La croissance de l'alphabétisation en France (XVIIIe-XIXe siècle)

Parmi les livres récemment acheté se trouve « Les signatures de nos ancêtres, ou l’apprentissage d’un geste » par Thierry Sabot :

  signature signature 4eme de couv

Ce livre retrace une histoire de la signature et cite (comme l’article au dessus) l’enquête Maggiolo (dans un dossier spécial) sur l’alphabétisation avant de poursuivre sur les différentes signatures pas genre / lieux / profession / confession… L’auteur propose également une grille d’évaluation des signatures qui pourrait bien se révéler un atout important pour les généalogistes amateurs que nous sommes. L’auteur est également membre fondateur du magazine-web www.histoire-genealogie.com où ce diplômé d’histoire livre une approche dite pluridisciplinaire de la généalogie qu’il pratique depuis plus de 20 ans.

Pour compléter ces informations je vous conseille aussi l’article sur Généawiki traitant des signature et qui comporte un tableau de comptage des signatures des époux lors des mariages suite à l’enquête Louis Maggiolo.



Dater certains trésors de ma grand-mère…

Ma grand-mère paternelle sans être collectionneuse gardait tout ou presque. Ceci dit, à bien y réfléchir, mes 4 grands-parents étaient fait du même bois… Parmi les cartons de photographies et de lettres, il y avait une très grosse enveloppe. Un peu usée de partout, pas très loin d’exploser, mais surtout contenant un trésor d’informations pour moi. Des coupures de journaux. Une véritable revue de presse concernant mon grand-père et elle…

Sauf que certains articles ne comportent pas de date ou l’année n’est pas indiquée. Alors dans ce cas là que faire ?

Je n’ai pas de solution pour tous les articles, mais je continue de chercher et je vous informerais si je trouve.  Pour l’instant les 3 conseils que je peux vous prodiguer sont :

  • environnement
  • histoire
  • éphéméride

Environnement.

Après avoir inspecter la première face si vous n’avez rien trouver alors retournez, précautionneusement, le papier. Il est possible que derrière la date apparaisse à différents endroits. Elle peut être tout en haut ou tout en bas de la page, dans la bordure. Il sera alors question de la date d’édition du journal, mais c’est déjà plus précis que rien du tout non ?

Avez vous lu le reste de la feuille ? Il est possible que dans un autre article ou dans un encart soit spécifiée une date. Si l’article principal parle de « Lundi 10″ et qu’un encart annonce que « vendredi 14 juin 1918″ aura lieu le ramassage des pommes… Donc vous savez à présent que le texte principal faisait référence au lundi 10 juin 1918…

Histoire.

Pour découvrir l’histoire d’un aïeul, il faut connaître l’histoire de cet aïeul. Ou au moins de ceux qui l’entourent. L’histoire du village peut-être tout aussi importante que celle de la grande-tante Raymonde. Savoir que de 1869 à 1871 monsieur le maire se nommé Tartepion ou Jeanjosé peut vous aider à situer un article dans le temps si monsieur le maire est nommé dans celui-ci. Savoir que le village fut sujet aux inondations en 1975 vous aidera certainement à dater un article qui fait référence au niveau de l’eau l’année précédente ayant atteint des records… Tata Raymonde TRUC s’est mariée en 1953, comme son frère Henry TRUC, mais également comme leur cousine Josette TRUC et l’article parle du 4ème mariage dans la famille TRUC, il y a peut être alors une piste à explorer…

Éphéméride.

Vous avez le jour et la date, mais il vous manque l’année ? Plusieurs sites proposent des éphémérides et des calendriers. Prenez par exemple « Mercredi 22 novembre » dans une famille de musiciens. Pour trouver en quelle année la sainte-Cécile fut fêtée un mercredi on va regarder l’histoire de la famille et des lieux. On découvrira que monsieur TAREP était maire à partir de 1988 (en mandat jusqu’en 2007), que monsieur XUOHED était Député jusqu’en 2005 (mandat en cours depuis 1987). Cette article de journal parlant de la fête donnée en l’honneur de la sainte patronne des musiciens en présence de messieurs le maire et le député est donc située entre 1988 et 2005. Les calendriers de 1988 à 2005 vous ferons découvrir que 3 années sont possibles : 1989 / 1995 / 2000. Pour terminer votre datation il sera nécessaire d’observer le reste de la page et de son contenu. Un incendie, un loto d’association… De nombreux indices vous mettront sur la voie pour départager les années restantes.



Nos aînés gardaient tout…

Et c’est tant mieux pour nous… Après ce week-end nostalgie, j’ai commencé à identifier et classer les documents récupérer… Un travail de titan m’attend, mais ce premier classement fait déjà ressortir plusieurs type de documents :

  • Photographies et négatifs
  • Films Super8
  • Lettres officielles
  • Correspondance personnelle
  • Articles de presse
  • Faire-parts de décès
  • Factures et reçus

Aujourd’hui, j’ai scanné les faire-parts d’un carton de documents. Pour la plus part ce sont des anciens combats tant de 1914-1918 que de 1939-1945, parfois des amis, mais il y a aussi hélas parfois « l’épouse de »… Ils sont tous les 13, hors famille, (j’en ai peut-être d’autres à voir) datés de 1963 à 1981. Peut-être connaissez-vous ces personnes et souhaiteriez vous obtenir une version numérique de ce document ? C’est pourquoi je vais me permettre de lister ici les défunts et de mettre l’année de décès à la suite, s’il s’agit d’une épouse je mettrais les 2 noms. Si vous souhaitez obtenir ce document car vous êtes un descendant, n’hésitez pas à me contacter. Le partage d’information c’est la base des recherches généalogiques…

  • Monsieur Léon LEGRAND (1963)
  • Monsieur Louis CARNIAUX (1964)
  • Monsieur Omer DOCQUIER (1964)
  • Madame Eva JACQUET épouse René BERGER (1964)
  • Monsieur Jean PIETON (1968)
  • Monsieur Charles LOQUIN (1969)
  • Monsieur Eugène CARLIER (1971)
  • Monsieur Michel JOLY (1973)
  • Madame Juliette TONNEAU épouse Albert GERDAY (1974)
  • Monsieur Jacques LEONARD (1975)
  • Monsieur Adrien CAPELE (1976)
  • Madame Georgette VALLEE épouse Roger GUIDET (1980)
  • Monsieur Marcel BOULENGER (1981)

Si j’en ai d’autres, je viendrais compléter la liste…

||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||

Update du 06 juillet 2016 :

Quand il n’y en a plus, il y en a encore… Voici donc 5 autres noms trouvés dans les archives de mes aïeux. Cette fois-ci il y en a même dans les années 90′.

  • Mademoiselle Flora COLIN (1963)
  • Madame Madeleine BUISSET épouse Henri DEVRAY (1977)
  • Mademoiselle Emilienne CAMBERLIN (1984)
  • Monsieur Clément BOUTTEAU (1995)
  • Monsieur Charles LEGRAND (1996)


Ils sont arrivés !!!

Ils sont 9 et vont faire mes prochains week-end de lecture !

Si vous avez (comme moi) la flemme de retrouver la liste des livres la voici recopiée :

  • « Enfants abandonnés, enfants sans père »
  • Un lot de 2 :
    • « Comprendre les actes notariés » (1ère et 2ème partie)
  • Un lot de 6 :
    • « Nos ancêtres et les mentions insolites des registres paroissiaux. »
    • « Les valeurs des biens, niveau de vie et de fortunes de nos ancêtres. »
    • « Les signatures de nos ancêtres ou l’apprentissage d’un geste. »
    • « Familles & ménages de nos ancêtres : au même pot et au même feu. »
    • « Nos ancêtres et la peste : fuir vite, loin et s’en revenir tard. »
    • « Les migrations de nos ancêtres 1814-1914, comment étudier les déplacements des familles ? »

Cela faisait un moment que je lorgnais sur la collection dont est issue « Enfants abandonnés, enfants sans père » et je crois bien que je vais finir ruinée car j’ai craqué dessus. Le format est très pratique, ni trop grand ni trop petit, l’ouvrage est soigné et illustré sans que l’on frôle la BD.

Pour les 8 autres, je suis mitigée… D’un format plus grand, ils possèdent en moyenne autant de pages mais sont plus fin. On ets plus proche du fascicule que du livre. Le taux d’illustration est correct et l’impression est de très bonne qualité.

La lecture en dira plus…



J’ai craqué, j’ai fait une commande…

Un peu de frivolités aujourd’hui… Je vais parler généalogie et je ne vais pas en parler en même temps… Geneanet, le site dont j’ai déjà parlé plusieurs fois possède entre autre une boutique en ligne. Ah l’ère du numérique et des e-boutiques ou comment trouvé tout ce dont vous n’avez pas besoin et finalement l’acheter… Une Jenni avertie en vaut deux, euh pas toujours… Une newsletter dans ma boîte mail, une promotion sur un lot de livre et moi qui suis accro aux mots, droguée à la lecture, shootée aux pages rédigées me voilà avec 9 livres dans mon panier… Tant pis !

Voici donc la liste de ceux qui sont coupables de ma faiblesse et viendront s’ajouter aux 700 livres qui remplissent déjà ma bibliothèque :

  • « Enfants abandonnés, enfants sans père »
  • « Comprendre les actes notariés » (1ère et 2ème partie)
  • Un lot de 6 :
    • « Nos ancêtres et les mentions insolites des registres paroissiaux. »
    • « Les valeurs des biens, niveau de vie et de fortunes de nos ancêtres. »
    • « Les signatures de nos ancêtres ou l’apprentissage d’un geste. »
    • « Familles & ménages de nos ancêtres : au même pot et au même feu. »
    • « Nos ancêtres et la peste : fuir vite, loin et s’en revenir tard. »
    • « Les migrations de nos ancêtres 1814-1914, comment étudier les déplacements des familles ? »

Heureusement que mon compagnon est compréhensif sur le sujet des ouvrages littéraires… Quand je les aurais reçus et parcourus je mettrais un post par livre au fur et à mesure.



Second Livre de ma bibliothèque

D’un livre à l’autre on retrouvera les bases. Le vocabulaire d’une part et le descriptif des documents d’autre part. Pouruqoi en avoir acheter un autre alors ? Parce que les méthodes décrites ne sont pas toujours les mêmes tout dabord, mais surtout parce que l’un présentera un sujet d’une manière et le second d’une autre façon. Parfois ce sont ces différences qui faont que la compréhension se fait plus facilement.

Pour ma part, dès l’achat de mon second livre, je n’ai fait que voguer de l’un à l’autre sans discontinuer. L’explication sur les degrés de parenté m’est apparue plus claire dans « La généalogie pour tous » de Yves du Passage. Cependant la méthode de calcul des identifiants collait mieux avec le précédent bouquin qu’avec celui-ci.

Livre - Généalogie pour tous

Comparé au premier livre :

  • le format est plus rigide puisque la couverture est en carton solide
  • le format est plus grand donc moins facilement transportable
  • l’écriture est plus aérée donc plus facilement accessible

Je ne saurais dire lequel est le plus complet. Ce sont vraiment deux manière d’aborder le sujet, qui pour moi, se complètent.



Les séries de A à Z

Dans un précédent article, j’évoquais les séries de registres… Il est temps d’en parler et de les définir… Lorsque vous vous rendez (ou consultez en ligne) dans les mairies ou les archives départementales, les documents que vous chercherez sont classés dans des registres. Ces registres sont numérotés et eux-même ordonnés en série. La lettre représentant la série vous donnera une idée de l’époque dans un premier temps puis du contenu du registre dans un second temps.

  • Séries anciennes (archives antérieures à 1790)
    • Série A : Actes du pouvoir souverain ; domaine
    • Série B : Cours et juridictions (parlements, bailliages, présidiaux, sénéchaussées, amirauté, juridictions seigneuriales)
    • Série C : Administrations provinciales (Intendance)
    • Série D : Instruction publique, sciences et arts
    • Série E : Féodalité (archives familiales ; corporations)
    • Série F : Documents et fonds d’archives divers (archives civiles)
    • Série G : Clergé séculier (anciens diocèses, chapitres cathédraux, paroisses, cures)
    • Série H : Clergé régulier (abbayes, prieurés, collégiales)
    • Série I : Fonds protestants
  • Séries d’époque révolutionnaire (1789 à 1800)
    • Série K : Lois, ordonnances, arrêtés (1789-1940) [partiel]
    • Série L : Fonds de la période révolutionnaire (1789-1800) (administrations ; tribunaux)
    • Série Q : Domaines (enregistrement ; hypothèques [partiel])
  • Séries modernes (1800 à 1940)
    • Série M : Administration générale : élections et listes électorales, recensements, etc
    • Série N : Administration et comptabilité départementales
    • Série O : Administration communale
    • Série P : Finances (impôts, cadastre)
    • Série Q : Domaines (enregistrement ; hypothèques)
    • Série R : Guerres et affaires militaires
    • Série S : Travaux publics ( transports)
    • Série T : Enseignement (culture ; sports)
    • Série U : Justice
    • Série V : Cultes
    • Série X : Assistance publique
    • Série Y : Établissements pénitentiaires
    • Série Z : sous-préfectures
  • Archives contemporaines
    • Série W : Archives publiques postérieures à 1940 (10 juillet 1940)

Certaines séries possèdent non pas un nom avec une lettre, mais avec deux. Ces archives particulières sont [Extrait de Wikipedia]  :

  • Série Fi : Cartes, plans et documents figurés entrés par voie extraordinaire
  • Série Mi : Microfilms
  • Série AV : archives sur support audiovisuel

D’autres sont des séries non limitées dans le temps [Extrait de Wikipedia]

  • Série E (sous-série variable) : état civil (peuvent contenir, par exception, des articles postérieurs à 1790) ; archives notariales (peuvent contenir, par exception, des articles postérieurs à 1790)
  • Série E-dépôt : registres paroissiaux, d’état civil et archives communales déposées (collections communales déposées) – (toutes dates)
  • Série H-dépôt : archives hospitalières déposées (toutes dates)
  • Série J : documents divers (entrés par voie extraordinaire) (toutes dates)

Ainsi si vous cherchez un document judiciaire établit entre 1800 et 1940 vous chercherez dans les registres de série U, mais si le document concerne 1789-1800 alors vous ouvrirez les registres de la série L… Personnellement je ne me rappelle jamais des significations. J’ai mon antisèche avec moi…



Mon premier livre

J’ai décidé de vous parler aujourd’hui du tout premier livre traitant de généalogie que j’ai reçu. Ma mère voyant que je m’y intéressais vraiment et que le sujet n’était pas une passade pour moi m’offrit ce livre intitulé « Guide pratique pour dresser votre arbre généalogique ». Edité par Marabout et écrit par Michel Gasse, ce livre me suivit partout très longtemps!; D’ailleurs il n’y a qu’à constater son état malgré mes efforts pour en prendre soin… Il a vécu et reflète assez bien le temps passé à chercher des indices et individus dans les temps passés.

IMG_0497

Constitué sous le format de 11 leçons qui suivent une introduction et un rappel de ce qu’est la généalogie, ce livre m’aida grandement à débloquer certaines branches, par ses conseils et astuces. Voici les intitulés des leçons et un résumé de leur contenu pour vous donner un aperçu :

  1. Organisation générale (1)
    • Classement et conservation des documents
    • Les fiches réalisables et la prise de notes
  2. Organisation générale (2)
    • La numérotation SOSA et d’Aboville
    • Les lettres aux mairies
  3. La commune
    • Histoire de l’état civil, les actes (NMD)
    • Le cimetière
  4. Les archives diocésaines
    • Historiques des relations entre l’église et l’état (depuis 1790), les actes (BMS)
    • Les lettres aux archives diocésaines
  5. Les archives départementales (1)
    • Système de classement des Archives départementales
  6. Les archives départementales (2)
    • La série E (je ferais un article d’ici peu sur les séries)
    • Les registres paroissiaux
  7. Les archives départementales (3)
    • Les archives notariales
  8. Les archives départementales (4)
    • Les recensements de population
  9. Les archives départementales(5)
    • La justice de paix
    • La série R
    • Les faire-part (NBMD)
    • Les passeports
  10. Le monde moderne au service de la généalogie
    • Géopatronyme
    • Logiciel de généalogie
  11. Complément d’informations
    • Ancêtres suivant leur religion
    • Ancêtres étrangers
    • Autres sources documentaires

Chaque leçon est illustrée par un exercice nommé travail personnel pour vous permettre de mettre en pratique les connaissances acquises dans la leçon. Bien qu’il en soit plus tout jeune (édition 1996) je recommande ce livre qui m’a grandement aider à avancer et comprendre.

 



1234

Ecigb7dp |
Velay ô Vivarais Royal |
Mon BLOG sur l'Histoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Légende Urbaine
| Mabibliothèque
| Lefleuvedeleternite