Fratrie bien ordonnée.

Aller un tout petit post pour une fois…

Aîné, benjamin, puis-né… OK, mais qui est qui dans l’ordre de naissance ?

  • L’aîné ou l’aînée, c’est l’enfant né en premier.
  • Le benjamin ou la benjamine, c’est l’enfant né en dernier.

On a déjà vu qu’il existait des frères et sœurs consanguin(e)s, ainsi que des frères et sœurs utérin(e)s. Mais entre l’aîné et le benjamin, qui est là ?

  • Il y a le cadet ou la cadette, le puîné ou la puînée. Le cadet c’est l’enfant né après.

Donc le second enfant d’une fratrie est le cadet de l’aîné, le troisième enfant est le cadet du second et ainsi de suite… Le benjamin ou le dernier-né est donc le cadet de l’avant-dernier ou son puîné. Ainsi dans une fratrie de 5 enfants, vous aurez un aîné et 4 cadets ou un ainé, 3 cadets et 1 benjamin.

Mais pourquoi parle-t-on de cela ? Car a un moment ou un autre il sera question de succession. Alors souvent on cherche l’ordre des personnes d’une fratrie et certains documents parent en cadet/benjamin/puîné/aîné… Et qui dit succession dit actes notariés ou encore testaments…



Encore quelques idées préconçues…

« Il est impossible de remonter avant la révolution. » « Tous mes ancêtres viennent d’ici, nous sommes des purs produits de la région. » « Ce n’est pas la même orthographe donc ce n’est pas de la famille. »

Parfois on est persuadé de savoir car c’est ce qui a toujours été dit dans la famille, donc c’est forcément vrai… Détrompez-vous, ce n’est pas parce que mamy Josette s’enorgueillait d’être originaire pure souche du département que ces ancêtres n’ont jamais bougé. Et oui, il est fort possible que ses parents et grands-parents naquirent dans la région, mais que ceux avant eux vinrent suite à une exode, une guerre, une famine… Tant de possibilités qui seront difficiles tant à contester qu’à vérifier. Quoique. Il va être simple de vérifier si mouvement il y a eu… Puisque les actes (naissance, mariage, décès) vous donneront à chaque fois les indications temporelles, mais également spatiales. Donc votre famille a certes toujours vécu au même endroit, mais il faut savoir y mettre un bémol, car « toujours » à une date de début finalement…

Dans certaines communes les archives ont brûlées, c’est vrai. Mais sachant que les registres étaient rédigés en double exemplaire, l’un restait à la commune, l’autre partait aux archives, alors il est rare que les deux exemplaires furent détruit. Paris par exemple a des gouffres de disparus, mais vous croyez vraiment de Devecey petit village à 10-15 kilomètres de Besançon fut forcément dans ce cas là. Alors à moins d’être assez malchanceux ou d’avoir des racines exclusivement parisiennes entre 1700 et 1870, vous avez de grandes chances de remonter assez loin dans votre arbre. Maintenant n’oubliez pas que les villages n’ont pas toujours existés tel qu’on les connait, les registres ne furent pas toujours obligatoires. Un temps les registres étaient tenu uniquement par les religieux, avant la création de l’état civil par exemple. Mais parfois même il fallait aller non pas chez le mayeur, mais en préfecture… Tout dépend des époques et des créations des administrations.

DUPONT et DUPOND, ne sont pas de la même famille. Hum désolée, mais il est fort possible que vous ayez des racines communes. Pourquoi ? Parce que fut un temps où l’analphabétisme était fortement répandu. Alors si vous ne saviez pas écrire votre nom, c’est l’officier d’état civil qui se chargeait de l’orthographe… La porte ouverte à toutes les fenêtres… C’est ainsi que Guillaume LOBBE et son épouse enfantèrent Tristan LOBE et Eugène LOBET. Pourtant ils sont frères, mais leurs descendances aura 2 orthographes différentes.



Simple rédaction

« Généalogie simple » et « Généalogie rédigée » sont deux manières de lister les feuilles de votre arbre autrement qu’en un schéma, uniquement avec des mots. La première c’est une liste tout ce qu’il y a de plus simple qui va reprendre dans l’ordre depuis le SOSA 1 de votre arbre jusqu’au plus loin où vous êtes allez vos feuilles, séparées génération par génération, avec pour seules indications si elles sont connues les années de naissance et de décès. Avec l’arbre de la famille ALOGIE que nous réalisons depuis quelques jours, voici ce que donnerait la rédaction d’une « Généalogie simple » sur 3 générations :

  • Génération 1
    • 1 – Jenni ALOGIE (1986 -)
  • Génération 2
    • 2 – Léon ALOGIE (1956 -)
    • 3 – Sophie ALE (1956 -)
  • Génération 3
    • 4 – Hector ALOGIE (1934 -)
    • 5 – Josette TRUC (1935 – 2007)
    • 6 – Charles ALE (1930 – 2003)
    • 7 – Christine MACHIN (1933 -)

Dans une « généalogie rédigée » on trouvera plus d’informations car on reportera par exemple les parents, les villes, les métiers et les unions, sans oublier les enfants. Voici ce que donnerait la rédaction d’une « Généalogie rédigée » sur 3 générations :

  • Génération 1
    • 1 – Jenni ALOGIE, née le 01 avril 1986 à Nice. Parents 2 et 3.
  • Génération 2
    • 2 – Léon ALOGIE, né le 01 avril 1956 à Nice. Garagiste. Parents 4 et 5.
      • Mariage le 01 mai 1978 à Nice.
      • Dont:
        • 1- Jenni ALOGIE.
    • 3 – Sophie ALE, née le 01 juin 1956 à Nice. Fleuriste. Parents 6 et 7.
  • Génération 3
    • 4 – Hector ALOGIE, né le 21 novembre 1934 à Carcassonne. Parents 8 et 9.
      • Mariage le 01 août 1954 à Carcassonne.
      • Dont :
        • 2 – Léon ALOGIE.
        • Rose ALOGIE.
        • Eugène ALOGIE.
    • 5 – Josette TRUC, née le 01 janvier 1935 à Carcassonne. Décédée le 19 mars 2007 à Madrid, Espagne. Parents 10 et 11.
    • 6 – Charles ALE, né le 18 septembre 1930 à Nice. Décédé le 25 décembre 2003 à Nice. Parents 12 et 13.
      • Mariage le 01 septembre 1950 à Nice.
      • Dont:
        • 3 – Sophie ALE.
        • Louis ALE
    • 7 – Christine MACHIN, née le 24 juillet 1933 à Nice. Parents 14 et 15.

     

Ces formats sont donné à titre d’exemple. Il est possible parfois de les trouver plus ou moins détaillés. Cela dépend des méthodes de chacun. Il est absolument indispensable que vous adaptiez chacune à vos besoins car au final c’est vous qui devrez vous y retrouver dans tout ceci…



Implexe complexe perplexe

Il y a de quoi devenir perplexe lorsque l’on se pose la question de l’implexe. Peut-être vous rappelez vous que j’ai dit vous en parler plus tard. Bonne nouvelle : c’est maintenant ! Vous allez voir, ce n’est pas si complexe que ça… Alors la définition de base est : on parle d’implexe en généalogie lorsqu’un ancêtre est plusieurs fois présent sur un arbre en tant que parents. Bon passons le charabia, ça donne en fait que votre arrière-3fois-grand-père fut le père d’un de votre arrière-2fois-grand-père et par exemple également père d’une de vos arrière-2fois-grand-mère. Dans ce cas-là votre arrière-3fois-grand-père est un sujet implexe. Rassurez-vous, ce n’est ni une tare ni rare !

Vous pensez bien, nous sommes aujourd’hui plus de 7 milliard d’êtres humains sur Terre, ce ne fut pas toujours le cas, ils furent bien moins nombreux… Donc forcément, à un moment où un autre vous aller avoir l’impression d’avoir des doublons. En regardant le côté positif des choses : moins de personnes à rechercher… Parce que si vos arrière-grands-parents étaient 8, la génération précédente est composée de 16 individus, celle d’avant de 32… Et ainsi de suite.  Les chiffres vont vite devenir énormes et votre moral à l’inverse petit.

  • Génération 1 = 1 individu
  • Génération 2 = 2 individus (+ descendants)
  • Génération 3 = 4 individus (+ descendants)
  • Génération 4 = 8 individus (+ descendants)
  • Génération 5 = 16 individus (+ descendants)
  • Génération 6 = 32 individus (+ descendants)
  • Génération 7 = 64 individus (+ descendants)
  • Génération 8 = 128 individus (+ descendants)
  • Génération 9 = 256 individus (+ descendants)
  • Génération 10 = 512 individus (+ descendants)
  • Génération 11 = 1 024 individus (+ descendants)
  • Génération 13 = 2 048 individus (+ descendants)
  • Génération 13 = 4 096 individus (+ descendants)
  • Génération 14 = 8 192 individus (+ descendants)
  • Génération 15 = 16 384 individus (+ descendants)

Ah les maths, on aime ou on n’aime pas, mais quand il s’agit de généalogie on est heureux de rencontrer les implexes qui vont réduire les chiffres… Un généanaute du nom de Jacques Lapeyre donne une belle définition avec des chiffres de l’implexe sur sa page personnelle. Je vais vous illustrer avec une partie de ma propre généalogie (sans les noms, mais en couleur) les implexes. Tout en bas c’est moi, juste au-dessus mes parents, mes grands-parents et ainsi de suite. Lorsque l’un d’eux est en couleur sa branche d’ascendants est de l même couleur jusqu’aux ancêtres implexes.

implexe_vide

Parfois les implexes sont proches et il est facile de les relier, parfois plusieurs générations les séparent.



Illustrer le passé au mur

Assez ironiquement on parle de rechercher ses racines alors qu’on remonte un arbre généalogique. Pas de pelle pour creuser plus profondément, uniquement des documents pour gravir les branches. Il est vrai que depuis le début je vous parle d’ascendance et non pas de descendance. Je vous promets un article dédié à ce mode de recherche d’ici peu. En attendant, lorsque l’on fait nos recherches et que vient le moment de montrer fièrement le résultat de ces heures enfouies dans des registres poussiéreux ou numériques, quoi de mieux qu’un bel arbre sur papier que vous pourrez encadrer pour illustrer le passé au mur du salon ? Petit conseil si votre compagne ou compagnon n’est pas fan de cette décoration : reliez vos deux arbres et vous serez un compagnon ou une compagne parfait(e) à ses yeux… (Taux de réussite : 75%)

Faut vraiment que j’arrête les digressions… On va finir par se perdre de vue avec tout ça… Alors je parlais d’arbres et pas d’arbres fruitiers… Plutôt chêne ou plutôt olivier, plutôt carré ou plutôt circulaire, c’est à vous de décider et vous allez voir que le choix ne sera pas simple…

Si vous êtes du genre nature vous pouvez par exemple opter pour la version chêne ou olivier comme je vous l’annonçais :

 Le chêne

arbre-chene

L’olivier

Arbre_Olivier

Mais vous avez aussi l’arbre simple avec une forme très carrée comme je vous ai déjà montré dans un post précédent :

sosa

Il y en a deux que j’aime beaucoup, ils sont circulaires et semi-circulaires. Le premier est, il faut l’avouer, pas très évident à lire lorsqu’on n’a pas l’habitude. Le second ressemble à un hémicycle et est de lecture bien plus simple.

Circulaire

circulaire

Semi-circulaire

arbre-semi-circulaire

Les possibilités sont nombreuses. Ici ce ne sont que quelques exemples, mais vous en trouverez des très colorés, des arbres sur plusieurs niveaux (c’est limite de l’origami à ce niveau-là) ou encore des arbres de style enluminure :

arbre_enluminure 2

enluminure 1



As-tu reçu mon idée ?

« La généalogie y a que les vieux que ça intéresse »
« La généalogie c’est un sport pour le club du 3ème âge »
« La généalogie c’est pour les snobs en mal de reconnaissance »
« La généalogie c’est juste bon à respirer de la poussière »
« La généalogie c’est juste pour essayer de prouver qu’on est cousin avec Napoléon »…

Ah, il y a des jours où j’aime les gens, ou pas… Sinon dans la réalité ça donne quoi ?

D’après un sondage IPSOS réalisé en mars 2010 (pas si vieux que ça et je vous avoue que ça m’étonnerait que la tendance ait pris un virage à 180° en si peu de temps) les anciens ne sont pas les seuls à s’intéresser aux racines de la famille. Le panel interrogé était de 1033 personnes âgées de 16 à 64 ans. C’est sur ce n’est pas la France entière, mais c’est déjà un beau panel. Voici un article qui en parle un peu plus sur geneablog.fr. Pour ma part, je vais me contenter de vous donner quelques chiffres :

    • 48% des français ne savent pas qui sont leurs arrière-grands-parents (et au-dessus c’est le gouffre intersidéral)
    • 79% sont potentiellement intéressés par la généalogie
    • 61% des personnes interrogées ont déjà réalisé au moins une recherche généalogique
    • 51% des généalogistes sont des généanautes (ils utilisent les ressources internet pour la quête de leurs ancêtres)
    • 65% ont moins de 35 ans (il est où le club de retraités ???)

Ça vous en bouche un coin hein ? Parce que si 2 généalogistes sur 3 ont moins de 35 ans, il va falloir ouvrir le club du 3ème âge aux membres du 2nd âge (ça se dit ça ?). Si 1 généalogiste sur 2 est un généanaute, les mains et les poumons sont propres de toute poussière des registres. Pour ce qui est de Napoléon, j’avoue, je m’incline, je n’ai pas de chiffre. Mais si vous voulez on peut regarder la démographie depuis Napoléon à nos jours. Je vous jure qu’au niveau population ça ne collera pas. Avec un Saint-Louis (Louis IX), je dis pas, il y a tellement de décennies depuis le 25 avril 1214 date de sa naissance ou le 25 août 1270 date de son décès.

Ceux qui cherchent à prouver une noble ascendance ou tout du moins célèbre, sont peu nombreux très certainement. Je ne suis pas seule à le penser et je vous propose un article sur « Auprès de nos racines » qui soutient les mêmes propos avec d’autres mots. Nous ne descendons pas tous de Mozart ou de Gutenberg, il vrai que presque toutes les familles ont leurs légendes de personnalités, mais souhaitons nous véritablement le prouver, car il est aussi possible que ces fameuses recherches mènent justement à prouver le contraire… Je suis désolée papa, il n’y a pas de marquis dans nos ancêtres qui a dû choisir entre sa tête et son titre à la révolution…



Partager pour avancer

Comme dans mon post sur les logiciel où je ne faisais aucune publicité, je ne souhaite ici faire aucune « propagande » religieuse. Mon but reste l’information, l’échange, les méthodes…

Le comble du généalogiste qui cherche à gravir ses branches serait d’être égoïste et de faire de la rétention d’informations. Il n’est pas question de concours, mais de partage de connaissances pour que chacun puisse avancer. Vous voulez de l’aide ? C’est bien, soyez prêts à vous aussi en fournir aux autres. Dans ce cas on vous parlera souvent de GEDCOM. Il ne s’agit pas d’un oiseau rare ou de je ne sais quelle espèce en voie de disparition. Il est ici question d’un fichier contenant toutes vos informations selon un formatage bien défini.

Alors GEDCOM, ça veut dire quoi ? C’est un acronyme anglais pour « genealogical data communication ». Si vous n’êtes pas anglophone sachez que cela se traduit par « Communication de Données Généalogiques ». Ce format d’échange de données n’est pas très ancien (1980) et fut développé par ceux que l’on nomme Mormons (Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours).  Il est donc question d’une norme permettant un échange informatisé et facilité de données généalogiques sous la forme d’un fichier texte. À moins d’être vraiment très bon il vous faudra l’aide de votre site internet ou de votre logiciel pour écrire et lire ce fichier. Il comporte les informations suivantes :

  • Chaque personne de l’arbre
  • Chaque famille
  • Chaque évènement

Les enregistrements sont liés entre eux par cette norme bien particulière. Pourquoi je vous dit qu’il faut être bon ou patient pour lire ce fichier sans outil ? Voici un exemple d’un extrait de fichier GEDCOM que j’ai trouvé sur le site Geneawiki :

GEDCOM exemple

L’indentation utilisée dans cet exemple le rend un peu plus lisible que la normale. Bien souvent, ce que vous pourrez voir c’est quelque chose qui se rapproche plus de cet exemple tiré de Wikipedia :

GEDCOM exemple 2

Pur bonheur n’est-ce pas ? Pourtant ce fichier est extrêmement utile pour partager vos informations avec votre cousin Francis et récupérer celles de votre cousine Justine. Importer le grâce à votre logiciel ou site favori et les informations seront ajoutées pour vous permettre d’avancer, exporter le tout aussi facilement et vos cousins pourront eux aussi obtenir vos informations et avancer.



Qui aurait pu rencontrer qui ?

Parfois on se pose des questions bêtes et parfois pas si bêtes que ça. L’autre jour je cherchais à savoir qui était vivant en 1906, année du recensement de la population française. Sauf que cela voulait dire éplucher toutes mes fiches… Quitte à tout éplucher autant faire un graphique qui me permettrait plus tard de voir ce genre d’informations dans d’autres situations. Après avoir fait quelques recherches sur internet je n’étais pas convaincue de ce que j’avais trouvé. Alors j’ai créé mon propre graphique.

Sur l’exemple sur lequel nous travaillons depuis le début de ce blog et avec les informations récoltées depuis que nous avons débuté voici à quoi ressemble ce graphique :

en vie 4 gen dont 3 pleines

C’est forcément coloré de façon à être visuel.

  • En rouge, la personne n’est pas encore née.
  • En vert, la personne est vivante.
  • En gris, la personne est décédée.
  • En orange, la personne s’est mariée.
  • En jaune, la personne est potentiellement en vie.

« Potentiellement en vie » ? Kézako ?
C’est simple, vous n’avez pas l’information sur la date de décès de la personne (ou on est en 2016 et elle est encore en vie, on va éviter de l’enterrer avant l’heure, ce n’est pas légal). Dans le cas un ancêtre plus lointain si la date de décès est inconnue il faut faire une estimation. Pour cela on va s’appuyer sur sa vie à proprement parler. Cette personne est-elle devenue parent ? Cette personne s’est-elle mariée ? Cette personne est-elle citée sur un acte que je possède déjà ? À partir de ce genre d’informations vous êtes certains que la personne est encore en vie… Sauf cas très exceptionnel où l’un des mariés est déjà décédé, mais c’est vraiment très rare de marier un mort… Il arrive parfois que monsieur s’éteigne avant la venue au monde du petit dernier, mais madame sera toujours là au moins jusqu’au jour de la naissance.



À quand le document ?

Un document relatant la vie d’une personne ne devrait pas atterrir entre toutes les mains, au moins pour les vivants. C’est pourquoi en 1979 une loi catégorisant les archives de ces documents et donnant un délai minimum avant consultation fut promulguée. En 2008, cette loi fut révisée et plusieurs délais revu à la baisse. Voici donc à titre informatif certains de ces documents, l’ancien et le nouveau délai. J’ai récupérer ces information directement sur un site du gouvernement français. Je ne vais pas faire un copier-coller complet, juste un extrait afin d’illustrer mes propos, pour des informations plus complètes je vous invite à aller sur le site du gouvernement.

 

Catégorie d’archives Loi du 3 janvier 1979 Loi du 15 juillet 2008
Secret médical 150 ans après la naissance 25 ans à compter de la date du décès de l’intéressé ou, si la date de décès n’est pas connue, 120 ans après la naissance
Vie privée (ex : jugement de valeur sur une personne) 60 ans 50 ans
Enquêtes des services de police judiciaire
Dossiers des juridictions (sauf dispositions particulières aux jugements)
Actes notariés
Registres d’état civil (à compter de leur clôture)
Statistiques sur des données d’ordre privé (recensement)
100 ans 75 ans à compter de la date du document ou du document le plus récent inclus dans le dossier
(sauf registres de décès, immédiatement communicables)
Documents d’enquêtes judiciaires ou des juridictions se rapportant à une personne mineure
Décisions de justice révélant l’intimité sexuelle
pas de disposition particulière 100 ans à compter de la date du document ou du document le plus récent inclus dans le dossier

 

Cette nouvelle loi permet donc aux professionnels, mais surtout aux généalogistes amateurs que nous sommes d’accéder plus rapidement à certains documents. Alors qu’il aurait fallu compter 100 ans après  la fermeture du registre de naissance de grand-papy Léon Eugène, père de papy Hector, père de papa Léon et de tata Rose, aujourd’hui 75 ans uniquement sont à attendre. Autant dire qu’en ce jour vous pouvez compléter la base de votre arbre plus aisément que moi il y a 20 ans…



À vos marques, prêts…

Vous êtes maintenant prêts à vous lancer dans cette aventure ? Alors commençons. Nous allons remplir les 3 premières fiches de votre arbre avant de courir nous enfermer dans une salle d’archives. Par défaut, je note toujours en majuscule le nom de famille. Il arrive que celui-ci soit un prénom, cela permet de bien se repérer ainsi.

  • Le numéro d’identifiant : 1
  • Nom : ALOGIE
  • Prénoms : Jenni
  • Date et lieu de naissance : 01/04/1986 à Nice (Vous avez bien compris que je mets des informations non personnelles. Ici c’est la date de création du blog et une ville que j’aimerai visiter)
  • Prénoms du père : Léon
  • Nom de jeune fille et prénoms de la mère : ALE Sophie
  • Nom et prénoms du conjoint : -
  • Date et lieu d’union :
  • Nom, prénoms, date et lieu de naissance de chaque enfant du couple :
  • Métier :
  • Date et lieu de décès :

Félicitations ! Votre première fiche est créée… On continue ? Au tour de votre père :

  • Le numéro d’identifiant : 2
  • Nom : ALOGIE
  • Prénoms : Léon
  • Date et lieu de naissance : 01/04/1956 à Nice
  • Prénoms du père : Hector
  • Nom de jeune fille et prénoms de la mère : TRUC Josette
  • Nom et prénoms du conjoint : ALE Sophie
  • Date et lieu d’union : 01/05/1978 à Nice
  • Nom, prénoms, date et lieu de naissance de chaque enfant du couple : ALOGIE Jenni 01/04/1986 à Nice
  • Métier : Garagiste
  • Date et lieu de décès :

Et maintenant au tour de votre mère :

  • Le numéro d’identifiant : 3
  • Nom : ALE
  • Prénoms : Sophie
  • Date et lieu de naissance : 01/06/1956 à Nice
  • Prénoms du père : Charles
  • Nom de jeune fille et prénoms de la mère : MACHIN Christine
  • Nom et prénoms du conjoint : ALOGIE Léon
  • Date et lieu d’union : 01/05/1978 à Nice
  • Nom, prénoms, date et lieu de naissance de chaque enfant du couple : ALOGIE Jenni 01/04/1986 à Nice
  • Métier : Fleuriste
  • Date et lieu de décès :

Avec ces informations, vous allez à présent questionner les vivants, pour savoir quand sont nés vos grands-parents et quand ils se sont mariés, cela vous permettra de créer vos fiches 4, 5, 6 et 7. Personnellement j’ai quitté le principe des fiches pour faire sous la forme d’un tableau récapitulatif. Chacun doit utiliser la méthode qui lui convient le mieux. Voici donc sur notre exemple le tableau récapitulatif des 3 premières générations. Bien que l’arbre soit un arbre complet, dans ce tableau, je n’ai pas mis tonton Louis et tata Rose, mais ils pourraient aisément apparaître au même niveau que Léon et Sophie avec par exemple Rose en 2bis sous Léon et Louis en 3 bis sous Sophie.

récap - 3 gen

Il est à noter que toutes les informations de moins de 100 ans sont généralement inaccessibles directement dans les administrations. Cette durée de 100 ans que je viens de vous donner est une moyenne. Certains documents sont disponibles au bout de 75 ans, alors que pour d’autres il vous faudra attendre la limite des 150 ans. Je vous ferai un article qui détaille ces limites…



123456

Ecigb7dp |
Velay ô Vivarais Royal |
Mon BLOG sur l'Histoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Légende Urbaine
| Mabibliothèque
| Lefleuvedeleternite