Qui aurait pu rencontrer qui ?

Parfois on se pose des questions bêtes et parfois pas si bêtes que ça. L’autre jour je cherchais à savoir qui était vivant en 1906, année du recensement de la population française. Sauf que cela voulait dire éplucher toutes mes fiches… Quitte à tout éplucher autant faire un graphique qui me permettrait plus tard de voir ce genre d’informations dans d’autres situations. Après avoir fait quelques recherches sur internet je n’étais pas convaincue de ce que j’avais trouvé. Alors j’ai créé mon propre graphique.

Sur l’exemple sur lequel nous travaillons depuis le début de ce blog et avec les informations récoltées depuis que nous avons débuté voici à quoi ressemble ce graphique :

en vie 4 gen dont 3 pleines

C’est forcément coloré de façon à être visuel.

  • En rouge, la personne n’est pas encore née.
  • En vert, la personne est vivante.
  • En gris, la personne est décédée.
  • En orange, la personne s’est mariée.
  • En jaune, la personne est potentiellement en vie.

« Potentiellement en vie » ? Kézako ?
C’est simple, vous n’avez pas l’information sur la date de décès de la personne (ou on est en 2016 et elle est encore en vie, on va éviter de l’enterrer avant l’heure, ce n’est pas légal). Dans le cas un ancêtre plus lointain si la date de décès est inconnue il faut faire une estimation. Pour cela on va s’appuyer sur sa vie à proprement parler. Cette personne est-elle devenue parent ? Cette personne s’est-elle mariée ? Cette personne est-elle citée sur un acte que je possède déjà ? À partir de ce genre d’informations vous êtes certains que la personne est encore en vie… Sauf cas très exceptionnel où l’un des mariés est déjà décédé, mais c’est vraiment très rare de marier un mort… Il arrive parfois que monsieur s’éteigne avant la venue au monde du petit dernier, mais madame sera toujours là au moins jusqu’au jour de la naissance.



Naissance et mairie…

Les documents des vivants c’est bien, mais pas suffisant pour faire avancer votre ascension dans les branches de votre arbre. Alors ce que vous n’avez pas récupéré auprès de papi Hector et mamy Christine suite à vos discussions avec papa Léon et maman Sophie il va falloir aller les chercher autre part. Cet autre part va être dans un premier temps la mairie. Comme on l’a vu précédemment certains documents ne sont pas accessibles avant une certaine date, pour ceux de cette tranche qu’il vous manque il va falloir écrire à la mairie possédant l’acte. Il existe sur le net de nombreux modèles de lettres pour faire ces demandes. Au lieu de vous faire un copier-coller voici 2 liens parmi tant d’autres pour vous aider :

Pourquoi écrire vous allez me dire ? Tout simplement parce que les actes de moins de 100 ans 75 ans ne sont pas en consultation libre. Vous avez la possibilité de demander un extrait ou une copie (cela dépend des mairies et de l’agent d’état civil). Cette demande ne peut être faite que par la personne concernée, ses ascendants (parents et grands-parents), ses descendants (enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants) ou le conjoint.

Quelle est la différence entre un extrait et une copie ?
La copie c’est une photocopie, pas de « tri » des données et informations. C’est 100% ! Pour un acte de naissance, on trouvera sur une copie :

  • la date de rédaction de l’acte (jusqu’à 3 jours après la naissance)
  • le ou les prénoms du nouveau-né
  • le nom
  • le sexe
  • le lieu de naissance
  • la date et l’heure de naissance
  • le nom du déclarant (dans 90% des cas le déclarant est le père)
  • les noms, prénoms, âges des parents
  • les professions, lieu de résidence et état marital des parents
  • les dates et lieux de naissance des parents (depuis 1922 !)
  • la désignation des témoins (noms / prénoms / domicile / lien avec les parents)
  • et pour finir l’identité de l’agent d’état civil voire même du maire de la commune

Sur un extrait on ne trouvera pas autant d’informations :

  • l’année, le jour, l’heure et le lieu de naissance,
  • le sexe,
  • les prénoms,
  • le nom
  • la situation maritale de la personne

La filiation n’est généralement pas indiquée. C’est pour cela que la copie est toujours préférée, même si pas toujours accessible. Lorsque l’acte a plus de 75 ans par contre il va falloir vous déplacer… Vous n’aviez quand même pas cru rester bien installé dans votre fauteuil pour vous documenter sur vos ancêtres ? La salle des archives vous attend ! Enfin presque… Assurez-vous au préalable :

  • que la mairie est ouverte, ça serait bête d’arriver et de trouver porte close parce que c’est une petite commune et que la mairie n’est ouverte que quelques heures par semaine…
  • que la mairie possède encore un exemple du registre que vous souhaitez consulter, ça serait dommage de venir voir le registre des naissances de 1902 et que celui-ci ne soit pas là…

Quand un registre n’est plus disponible en mairie il vous faudra vous tourner vers les archives départementales. Bon rassurez-vous, si vous êtes du genre pantouflard il n’est pas toujours nécessaire de sortir de chez soi pour accéder à ces registres. Et oui ! L’Homme a inventé plusieurs choses pas mal au cours des siècles derniers :

  • l’imprimerie
  • les photocopieurs scanneurs
  • les ordinateurs
  • le net

Vous voyez où je veux en venir ? De plus en plus d’archives départementales mettent à disposition en ligne et gratuitement des registres scannés. L’univers du numérique va vous permettre de travailler sur un acte tout en ayant les doigts plein de votre tartine de nutella pendant votre goûter dominical ! Plus d’horaires vous vous restreindre l’accès aux informations que vous cherchez. Par contre soyez PATIENT ! Certains sites d’archives départementales possèdent et utilisent des logiciels vraiment sympa et simples d’utilisation pour les amateurs que nous sommes. D’autres sont au contraire de vrais casse-têtes qu’il vous faudra découvrir et maitriser avant de parvenir à vos fins…

L’acte c’est bien facile à trouver quand on sait déjà la date exacte de naissance de grand-papi Léon-Eugène. Sauf que si vous n’avez que l’année il vous faudra vous reporter en fin de registre à une liste nommée « Table Annuelle des Naissances ». À partir de cette liste vous obtiendrez la date précise de l’acte. Attention ! J’ai bien dit date de l’acte. Rappelons que la naissance doit être déclarée dans les trois jours. Si grand-papi Léon Eugène est né le 18/02/1894 alors son acte de naissance sera écrit entre le 18/02/1894 et le 21/02/1894. N’oubliez pas de vérifier la date au sein de l’acte…

Compliquons encore les choses. Vous n’aviez pas la date de naissance de grand-papi Léon Eugène. Vous saviez juste qu’il était né à Carcassonne. Alors là il y a un registre bien particulier qui va faire votre bonheur. Il ne contient que des listes… Établies par tranche de 10 ans et nommées « Tables décennales des Naissances » elle vous confirmera s’il est bien né à Carcassonne et vous donnera la date de l’acte. Cela vous aidera donc à ouvrir ensuite le bon registre…

Pour ma part, j’essaye toujours de récupérer les 3 documents (table décennale, table annuelle et acte), qu’il s’agisse de naissance, mariage ou décès. Pourquoi ? Parce qu’il m’est arrivé parfois de trouver l’un ou l’autre, mais pas tout. L’Homme n’étant pas une machine. Pensez-donc à cet agent d’état civil qui par un soir obscure de plein tempête a dû à la lumière de la bougie trier une liste de noms et dates par ordre alphabétique bien souvent pour ensuite la recopier dans un registre déjà poussiéreux… Ok, j’ai un peu grossi l’image, mais personne n’est infaillible… Un oubli, une erreur… Cela va si vite.  (Je vous détaillerai ce qui m’est arrivé dans l’article qui parle des actes de décès.)



Les anciens sont une mine d’or !

Il est temps de compléter notre tableau récapitulatif.
Rappelez-vous, pour l’instant les informations concernant les mariages de vos grands-parents ne sont pas notées. Pourquoi ? Parce que papa Léon n’a pas la mémoire des dates comme le lui reproche souvent maman Sophie avec un tendre sourire. Il arrive à oublier son propre anniversaire, alors l’anniversaire de mariage de ses parents…

Pourtant ces informations peuvent être nécessaires dans certains cas. Alors nous allons essayer de remplir les trous. Êtes-vous allé chez papi Hector ou chez mamy Christine ? Les avez-vous interrogés ? Leur avez-vous expliqué votre projet d’arbre généalogique ? Courrez-y dès à présent. Je suis prête à pariez qu’ils vous sortiront le livret de famille et quelques photographies. Ils vous livreront, nostalgiques, des anecdotes sur leurs passés.

Je suis d’accord que parfois vous allez avoir l’impression de perdre votre temps. Que papi Hector vous a déjà raconté 4 fois si ce n’est plus comment son père est sorti d’une tranchée pendant la grand guerre pour sauver son ami. Sauf que cela signifie que grand-papi Léon a subi la première guerre mondiale. Vous trouverez donc des états de services dans les archives militaires sur lesquelles vous aurez les prénoms et noms des parents de grand-papi Léon, ainsi que sa date de naissance et son statut marital lors de son enrôlement. Vous n’écouterez plus de la même façon les radotages de papi Hector…

Papi Hector a sorti son livret de famille, attention, c’est une relique, il faut le manipuler avec précaution. Et là vous découvrez qu’en fait papa Léon n’est pas le premier enfant de vos grands-parents. Avant lui est né Eugène le 28/02/1955 à Carcassonne, hélas vous apprenez aussi que grand prématuré Eugène n’a pas survécu longtemps et s’est éteint le 04/03/1955. Papi Hector et mamy Josette s’était marié le 1er août de 1954 et apparaissent les noms et prénoms des parents des mariés, vos arrière-grands-parents. Mamy Josette est inscrite comme étant décédée à Madrid en 2007. Vous aviez 21 ans et vous vous rappelez à présent qu’en mars cette année-là vos grands-parents étaient parti en vacances en Espagne. Mamy Josette avait eu des soucis de santé et avait rejoint Eugène depuis l’hôpital de Madrid.

Votre visite chez mamy Christine s’est révélée aussi fructueuse, vous savez à présent qu’elle a épousé papi Charles au sortir de la seconde guerre mondiale. Vous avez récoltez une jolie photo de mariage et le trésor de mamy s’est révélé être une photo de papi Charles en habits militaires. Dans le livret de famille de mamy Christine, ici aussi, vous avez retrouvé vos arrière-grands-parents… Papi Charles a rejoint vos ancêtres en 2003. Vous n’en avez qu’un lointain souvenir, mais vous avez maintenant la date.

récap - 3 gen - avancée

Il est peut-être temps de faire un récapitulatif des documents que vous avez. Pour les classer, vous avez la méthode papier ou la méthode numérique. Personnellement j’utilise les deux. La méthode papier car j’aime avoir une trace sous la main, même quand je n’ai pas d’ordinateur. La méthode numérique parce que cela me permet de garder une sauvegarde des documents que j’ai photographiés ou photocopiés, mais c’est surtout moins volumineux qu’un gros classeur quand on se déplace pour faire des recherches.

Je vous propose de créer un onglet dans votre fichier Excel où vous faites votre tableau de vos ancêtres afin de stocker cette fois une liste des documents trouvés ou à trouver. Cela vous permettra de savoir où vous en êtes et ne pas refaire 3 fois une même recherche. Voici à quoi ressemble le mien :

récap - 4 gen - documents

Comme il y a beaucoup de documents possibles, j’ai limité mes sources, mais il ne serait incongru de diminuer encore cette liste ou de l’augmenter. Cela dépendra de vos besoins.

Voici maintenant à quoi ressemble votre arbre si vous gardez toutes les personnes trouvées au cours de vos recherches :

arbre-5gen-dont-cousins

Il vous est possible de vous simplifier la tâche et la lecture en ne représentant que les « principaux ». Gardez en tête toutes ces feuilles de branches ramifiées sur les côtés car on ne sait jamais de qui est fait le passé. Mais cela vous permettra aussi de partager vos recherches avec vos cousins s’ils ont eu eux aussi la fièvre généalogique.

arbre-4gen-simplifie



À quand le document ?

Un document relatant la vie d’une personne ne devrait pas atterrir entre toutes les mains, au moins pour les vivants. C’est pourquoi en 1979 une loi catégorisant les archives de ces documents et donnant un délai minimum avant consultation fut promulguée. En 2008, cette loi fut révisée et plusieurs délais revu à la baisse. Voici donc à titre informatif certains de ces documents, l’ancien et le nouveau délai. J’ai récupérer ces information directement sur un site du gouvernement français. Je ne vais pas faire un copier-coller complet, juste un extrait afin d’illustrer mes propos, pour des informations plus complètes je vous invite à aller sur le site du gouvernement.

 

Catégorie d’archives Loi du 3 janvier 1979 Loi du 15 juillet 2008
Secret médical 150 ans après la naissance 25 ans à compter de la date du décès de l’intéressé ou, si la date de décès n’est pas connue, 120 ans après la naissance
Vie privée (ex : jugement de valeur sur une personne) 60 ans 50 ans
Enquêtes des services de police judiciaire
Dossiers des juridictions (sauf dispositions particulières aux jugements)
Actes notariés
Registres d’état civil (à compter de leur clôture)
Statistiques sur des données d’ordre privé (recensement)
100 ans 75 ans à compter de la date du document ou du document le plus récent inclus dans le dossier
(sauf registres de décès, immédiatement communicables)
Documents d’enquêtes judiciaires ou des juridictions se rapportant à une personne mineure
Décisions de justice révélant l’intimité sexuelle
pas de disposition particulière 100 ans à compter de la date du document ou du document le plus récent inclus dans le dossier

 

Cette nouvelle loi permet donc aux professionnels, mais surtout aux généalogistes amateurs que nous sommes d’accéder plus rapidement à certains documents. Alors qu’il aurait fallu compter 100 ans après  la fermeture du registre de naissance de grand-papy Léon Eugène, père de papy Hector, père de papa Léon et de tata Rose, aujourd’hui 75 ans uniquement sont à attendre. Autant dire qu’en ce jour vous pouvez compléter la base de votre arbre plus aisément que moi il y a 20 ans…



À vos marques, prêts…

Vous êtes maintenant prêts à vous lancer dans cette aventure ? Alors commençons. Nous allons remplir les 3 premières fiches de votre arbre avant de courir nous enfermer dans une salle d’archives. Par défaut, je note toujours en majuscule le nom de famille. Il arrive que celui-ci soit un prénom, cela permet de bien se repérer ainsi.

  • Le numéro d’identifiant : 1
  • Nom : ALOGIE
  • Prénoms : Jenni
  • Date et lieu de naissance : 01/04/1986 à Nice (Vous avez bien compris que je mets des informations non personnelles. Ici c’est la date de création du blog et une ville que j’aimerai visiter)
  • Prénoms du père : Léon
  • Nom de jeune fille et prénoms de la mère : ALE Sophie
  • Nom et prénoms du conjoint : -
  • Date et lieu d’union :
  • Nom, prénoms, date et lieu de naissance de chaque enfant du couple :
  • Métier :
  • Date et lieu de décès :

Félicitations ! Votre première fiche est créée… On continue ? Au tour de votre père :

  • Le numéro d’identifiant : 2
  • Nom : ALOGIE
  • Prénoms : Léon
  • Date et lieu de naissance : 01/04/1956 à Nice
  • Prénoms du père : Hector
  • Nom de jeune fille et prénoms de la mère : TRUC Josette
  • Nom et prénoms du conjoint : ALE Sophie
  • Date et lieu d’union : 01/05/1978 à Nice
  • Nom, prénoms, date et lieu de naissance de chaque enfant du couple : ALOGIE Jenni 01/04/1986 à Nice
  • Métier : Garagiste
  • Date et lieu de décès :

Et maintenant au tour de votre mère :

  • Le numéro d’identifiant : 3
  • Nom : ALE
  • Prénoms : Sophie
  • Date et lieu de naissance : 01/06/1956 à Nice
  • Prénoms du père : Charles
  • Nom de jeune fille et prénoms de la mère : MACHIN Christine
  • Nom et prénoms du conjoint : ALOGIE Léon
  • Date et lieu d’union : 01/05/1978 à Nice
  • Nom, prénoms, date et lieu de naissance de chaque enfant du couple : ALOGIE Jenni 01/04/1986 à Nice
  • Métier : Fleuriste
  • Date et lieu de décès :

Avec ces informations, vous allez à présent questionner les vivants, pour savoir quand sont nés vos grands-parents et quand ils se sont mariés, cela vous permettra de créer vos fiches 4, 5, 6 et 7. Personnellement j’ai quitté le principe des fiches pour faire sous la forme d’un tableau récapitulatif. Chacun doit utiliser la méthode qui lui convient le mieux. Voici donc sur notre exemple le tableau récapitulatif des 3 premières générations. Bien que l’arbre soit un arbre complet, dans ce tableau, je n’ai pas mis tonton Louis et tata Rose, mais ils pourraient aisément apparaître au même niveau que Léon et Sophie avec par exemple Rose en 2bis sous Léon et Louis en 3 bis sous Sophie.

récap - 3 gen

Il est à noter que toutes les informations de moins de 100 ans sont généralement inaccessibles directement dans les administrations. Cette durée de 100 ans que je viens de vous donner est une moyenne. Certains documents sont disponibles au bout de 75 ans, alors que pour d’autres il vous faudra attendre la limite des 150 ans. Je vous ferai un article qui détaille ces limites…



Euh, je dois chercher quoi ?

C’est LA question pour bien débuter et surtout savoir où on va et où trouver les informations…

Vos sources seront diversse. Commencez toujours par les « vivants ». S’ils sont encore présents, allez voir vos parents et vos grands-parents, n’oubliez pas tonton Louis et tata Rose. Ils seront votre première source d’informations. Ils pourront commencer par vous donner des dates et des lieux, si vous êtes chanceux ils vous fourniront peut-être aussi vos premiers documents !

Je pars du principe que vous avez choisi la numérotation SOSA, sur un arbre complet. On commence par établir donc la base de l’arbre avec vous, papa, maman, papi Hector, mamy Josette, papi Charles et mamy Christine. À vous de voir si vous voulez insérer tata Rose, tonton Louis et leurs proches. À première vue, on a tendance à les délaisser. Mais vous verrez plus tard, je vous parlerais d’un petit truc nommé implexe. C’est à la fois un obstacle et un tremplin. Mais pour l’instant pas besoin de se compliquer plus la vie.

Pour chaque personne, surtout pour les directs, je vous recommande de créer une fiche, que je nommerai « fiche d’état civil« . Sur cette fiche on retrouvera toutes les informations que l’on a pu glaner sur une personne :

  • Le numéro d’identifiant (c’est le numéro SOSA de la personne)
  • Nom
  • Prénoms (vous verrez c’est vite important quand papa porte le même prénom que le père de papi Hector…)
  • Date et lieu de naissance
  • Prénoms du père
  • Nom de jeune fille et prénoms de la mère
  • Nom et prénoms du conjoint
  • Date et lieu d’union
  • Nom, prénoms, date et lieu de naissance de chaque enfant du couple
  • Métier
  • Date et lieu de décès

Papa, maman, tata Rose et tonton Louis n’ayant pas toutes les données en tête, c’est à vous de jouer pour remplir les trous. À partir de là il va être nécessaire de se transformer parfois en Indiana Jones et partir à la recherche de documents contenant les dites informations manquantes.

Dans les classeurs de la famille vous trouverez en général :

  • Livret de famille
  • Documents d’état civil
  • Actes notarié
  • Photographies

En mairie ou dans les archives départementales vous trouverez en général :

  • Acte de naissance
  • Acte de mariage
  • Acte de décès
  • Recensement de la population

Dans les registres paroissiaux (suivant la religion de votre famille) vous trouverez en général :

  • Acte de baptême
  • Acte de mariage
  • Acte de sépulture

Dans les archives notariales vous trouverez en général :

  • Testament
  • Contrat de mariage
  • Inventaire après décès


Qui es-tu pour moi ?

Ah le lien de parenté… Cela peut parfois être une aventure labyrinthique. Et pour s’y retrouver le fil d’Ariane ne serait pas de trop.

Il y a au plus simple le père, la mère, le frère, la sœur, le grand-père et la grand-mère. Mais tout se complique rapidement lorsque l’on parle de cousin, de degré et de germain. Celui que l’on connait tous c’est le cousin ou la cousine qui est le fils ou la fille d’une frère ou d’une sœur de l’un des parents. Ainsi le fils de la sœur de mon père est mon cousin au même titre que la fille du frère de ma mère est ma cousine. Et oui les enfants de tonton Louis ou de tata Rose sont vos cousins et cousines.

Qu’en est-il de germain ? Germain, ce n’est pas le jardinier du village… Non. On parle de cousin germain pour ce que nous venons de définir comme cousin et cousine. Mais on parle de cousin issu de germain pour leurs enfants par rapport à vous. Donc le fils de votre cousine Justine est votre cousin issu de germain car Justine est votre cousine germaine étant la fille de tonton Louis qui est le frère de votre maman. Un petit dessin ?

  • Alors papa est le fils de papi Hector et mamy Josette. Tata Rose aussi, puisque tata Rose est la sœur de papa.
  • Tata Rose a épousé tonton Georges et ils ont donné naissance à Francis. Par conséquent, Francis est votre cousin, que vous pouvez présenter comme votre cousin germain.
  • Maman est la fille de papi Charles et mamy Christine. Tonton Louis aussi, puisqu’il est le frère de maman.
  • Tonton Louis a épousé tata Audrey et ensemble ils ont donné naissance à Justine, qui est donc au même titre que Francis : votre cousine germaine.
  • Justine a d’ailleurs épousé James et la famille s’est agrandie d’un petit Abel. Abel est votre cousin issu de germain.

cousin et germain

Pas évident que tout cela hein ? On complique encore un petit peu ? Les degrés…

Vous êtes le point de départ. Vos parents, vous sont liés au premier degré. Il en est de même pour vos enfants. Toutes personnes ayant un lien direct avec vos parents ou vos enfants seront lié à vous au 2nd degré. C’est à dire : vos grand parents, vos frères, vos sœurs et pour finir vos petits-enfants. Et on continue ainsi, toute personne liée directement à l’un de vos proches « gagne » 1 degré de plus. Donc Justine est votre cousine au 4 ème degré et son fils Abel sera votre cousine au 5ème degré, ou cousin issu de germain.

cousin et degre

Il existe une autre notion de degré qui se calcul, à mon sens, plus difficilement. L’ayant rarement rencontrée, je vous invite à faire vos propres recherches sur le sujet (la page « cousin » de Wikipedia peut être un bon point de départ)



Quand Agnat rencontre Cognat

Et vous ?
Vous êtes plutôt Agnatique, Cognatique ou Complet ?

En termes généalogiques, lorsque l’on travaille sur une lignée agnatique cela signifie que l’on ne s’intéresse qu’à la lignée des hommes d’un individu tant dans les ascendants que pour les descendants (père, grand-père, fils, petit-fils…). C’est en opposition directe avec une lignée cognatique pour laquelle on ne travaillera alors qu’à retracer la lignée des femmes d’un individu ici aussi : tant pour les descendantes que pour les ascendantes (mère, grand-mère, fille, petite-fille…).

Un arbre complet pourrait être nommé un arbre de la parité, puisque l’on va travailler à trouver des ascendants et/ou descendants tant hommes que femmes.

Pour ma part j’ai opté pour un arbre complet.



Énumérer sans s’y perdre

Rechercher ses racines, savoir d’où l’on vient. Chaque être humain s’est un jour posé la question. Mais lorsque le travail de recherche commence on peut très rapidement s’y perdre. Alors il faut se trouver une méthode pour classer tous ces ancêtres.

Au niveau zéro il y a vous. 1 individu. C’est 2 puissance 0.
Au 1er niveau il y a vos parents. 2 individus. C’est 2 puissance 1.
Au 2ème niveau il y a vos grands-parents. 4 individus. Vos aïeuls. C’est 2 au carré.
Au 3ème niveau il y a vos arrière-grands-parents. 8 individus. Vos bisaïeuls. C’est 2 au cube.
Et ainsi de suite. À chaque niveau au-dessus de vous il y aura 2 puissance « niveau » individus (plus tous ceux entre vous et eux, il ne faudrait pas les oublier…).

Un premier choix doit donc se faire sur la méthode de classement. Mon premier livre de généalogie offert par ma mère était un guide « Guide pratique : comment dresser son arbre généalogique ». Dès les premières pages plusieurs méthodes sont expliquées. SOSA, d’Aboville, Henry. Doit-on révolutionner le monde et réinventer la roue et l’eau chaude, ou les utiliser tels qu’ils existent déjà ?

J’ai opté personnellement une de ces méthodes. Cependant avant de me décider, j’ai lu et cherché des informations sur ces méthodes. J’étais une adolescente qui voulait comprendre et le vocabulaire ou les tournures de phrases n’étaient pas toujours à ma portée. À cette époque pas de Wikipedia, mais Encarta. Je vous assure que ça ramait bien et le changement de CD pour obtenir une information rendait vite dingue. Je pense qu’on peut remercier les avancées en matière d’informatique qui nous ont rendu l’information plus facilement accessible. Je vais vous épargner le laborieux travail de retrouver une version d’Encarta (ou Tout l’Univers) et vous donner des liens vers Wikipedia si vous souhaitez plus d’information sur les méthodes que je vais citer.

Commençons avec la méthode SOSA. Le principe est relativement simple. Si vous êtes la souche de votre arbre généalogique vous êtes le numéro 1. Vos parents sont les numéros 2 et 3, respectivement votre père et votre mère. Et oui, point de galanterie ici… Monsieur passe devant. Vos grand-parents sont 4, 5, 6 et 7, en ayant 4 votre grand-père paternel, 5 votre grand-mère paternelle, 6 votre grand-père maternel et 7 votre grand-mère maternelle… Vous voyez où je veux en venir ?

Si vous cherchez les parents d’un individu vous multipliez son numéro SOSA par 2 pour obtenir celui de son père, si vous cherchez sa mère ça sera son SOSA fois 2 plus 1. Ainsi 32 est le père de 16 et 33 est la mère de 16, avec 16 père de 8 et époux de 17… Voici un petit exemple sur 4 générations de l’arbre correspondant :

 sosa

Le système Henry , j’avoue que là je n’ai pas vu de grande différence autre que les enfants par rapport à la numérotation d’Aboville qui l’a supplanté dans les années 1940. Je n’y ai pas regardé de plus près non plus. Je vais donc vous parler directement de la dernière. Cette fois, on part du plus haut pour redescendre jusqu’à vous. Ce qui signifie que vous ne chercherez pas tous vos ancêtres, mais plutôt les descendants de l’un de vos ancêtres. Cet individu, tout en haut de votre branche choisie est alors le numéro 1. Ses enfants sont dans l’ordre de naissance : 1.1 puis 1.2 puis 1.3 puis 1.4 et ainsi de suite. Les enfants de 1.1 seront 1.1.1 / 1.1.2 et 1.1.3 s’il en a eu 3, les enfants de 1.2 seront alors 1.2.1 et 1.2.2 s’il en a eu 2… Voici un petit exemple sur 4 générations de l’arbre correspondant :

aboville



La boule de cristal du Blog

Sans vraiment savoir jusqu’où j’irai avec ce blog, j’ai déjà une idée des points que je souhaiterai aborder. Alors voici une liste non exhaustive et non classée de ce qui vous attend ici…

Les documents

  • Tables décennales et annuelles
  • Acte de naissance
  • Acte de baptême
  • Livret de famille
  • Acte de mariage civil
  • Acte de mariage religieux
  • Acte de décès
  • Acte de sépulture
  • Recensement
  • États de service militaire et Tables alphabétiques
  • Testament
  • Contrat de mariage

Les méthodes et numérations

  • Logiciels, Sites et Excel
  • Aboville, Sosa, Henri
  • Degré de parenté

Le reste

  • Vocabulaire
  • Abréviations
  • RAV – Réponses Aux Visiteurs

Tout au long de ce blog, je vais me servir d’un « cas d’étude » fictif. J’essayerai autant que faire se peut de l’illustrer et de le compléter au fur et à mesure de l’avancée de ce blog. Parce qu’il faut démarrer quelque part, mais on ne sait jamais bien où, je vais donc commencer par vous parler de différents points avant de commencer véritablement à établir un arbre généalogique.

  • Les méthodes de numérotation
  • Un peu de vocabulaire (agnat, cognat…)
  • Comment identifier les liens de parenté
  • Savoir ce que l’on va chercher

Pour ce dernier point je ferai d’abord une liste de ces documents sur lesquels on peut s’appuyer dans ses recherches et où les trouver. Par la suite, soit un par un, soit par groupe, je détaillerai un peu plus ce qu’ils sont et ce qu’ils comportent.



1...89101112

Ecigb7dp |
Velay ô Vivarais Royal |
Mon BLOG sur l'Histoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Légende Urbaine
| Mabibliothèque
| Lefleuvedeleternite