L’histoire de la monnaie en France

Le changement du Franc à l’Euro ne fut pas le premier changement de monnaie que connue la France. L’histoire qui suit n’est pas exhaustive et certains points seront peut-être à revoir. À la question « Pourquoi parler d’argent ? » je réponds tout simplement que fin novembre j’ai écrit un post sur un livre dont le sujet principal était justement la monnaie, les salaires et le niveau de vie de nos ancêtres, alors autant en profité pour en remettre une petite couche, sans non plus devenir trop lourde sur le sujet…

D’un Franc à un Franc parfois il n’y a que peu de différences, même la valeur peut parfois être la même comme par exemple entre le Franc en circulation entre 1803 et 1928 et le Franc en circulation entre 1928 et 1959. Ce dernier est également nommé « Ancien Franc » puisque son successeur se nommera Nouveau Franc avant d’être nommé lui aussi Franc. Mais le Franc ne circule « QUE » depuis 1360 environ (les premiers ont été frappés à Compiègne le 05 décembre 1360), parfois sous d’autres appellation comme le Franc à cheval (1360 – 1640), le Franc à pied (1365 – 1575) ou encore le Franc d’argent (1575 – 1641). Pourquoi ces noms ? L’Avers de l’une (la face) est frappée du Roi à cheval, l’avers de l’autre du Roi debout, la dernière est en argent… Facile !

Si l’on remonte un peu plus loin, disons en 755, la Livre Parisis est en circulation (755 – 1667) avec ses sous-unités que sont le sol et le denier, puis la Livre Tournois (1203 – 1795) avec ses sous-unités que sont le sou et le denier. On remarque que la monnaie n’est pas unique et certaines se chevauchent durant des siècles. J’ai fait un mini schéma de ces enchevêtrements et successions :

chronologie livre franc euro

La liste n’est bien sûre pas exhaustive, je n’ai pas parlé des Écus (≈ 1793) des Teston (≈ 1540) par exemple, ni du lien entre la livre sterling anglais et les livres citées plus haut. Ce post est surtout là pour rappeler que rien n’est figé (à part peut-être le sourire de la Joconde). Je n’ai pas pour but de faire un cours long et laborieux sur la monnaie, mais si j’ai amené ne serait-ce qu’une personne à s’interroger sur les conditions de vie de ses ancêtres et la monnaie qu’ils utilisaient alors ma « mission » est accomplie.



Un autre monde… [seconde visite troublante]

Lors de ma première visite en ce lieu sacré pour les âmes en recherche d’informations que sont les Archives Départementales je fus fort bien accueillie et guidée. Histoire de simplifier mon récit je vais nommer Nicolas le président de salle (je ne sais pas comment il se prénomme, donc je lui donne arbitrairement le prénom que je veux). Nicolas m’a instruit des règles de la salle et m’a expliqué sur un cas concret comment procéder pour trouver registre ou microfilm et les commander. Il m’a même montré comment procéder avec la visionneuse puis fournis des documents relatifs à la calligraphie allemande et aux actes en allemand car n’oublions pas que la Moselle ne fut pas toujours Française…

Ma seconde visite fut tout autre. Nicolas n’était pas présent. Ou alors il avait bien changé puisque à sa place c’était une dame, enfin je devrais dire un dragon… Nommons la Denise (je m’excuse pour toutes les Denise de Navarre et d’ailleurs, il fallait bien lui donner un prénom…). À mon entrée en salle de lecture, Denise trônait en tant que présidente de salle. Vous verrez que je pèse mes mots… Je lui ai chuchoté un bonjour qui est resté sans autre réponse qu’un regard peu amical. Je prends place à la table 10 (je sais pas pourquoi, mais j’aime bien cette table et je m’y installe à chaque visite). Arrive un homme (alors lui je vais l’appeler Robert), peu discret dans sa démarche et à la voix forte, il débarque dans la salle de visionnage en même temps que moi.

Robert c’est le genre d’homme très hautain, auprès de qui le monde entier devait se prosterner (enfin c’est de son attitude que je déduis cela), tout lui était dû… D’une patience d’ange, d’une discrétion exemplaire et l’air tellement calme et absolument pas sanguin… Enfin bref tout ça pour dire que sa présence était déconcertante, « déconcentrante » et à fuir… Donc je ne suis pas restée plus que nécessaire dans la salle de lecture des microfilms, je suis retournée bien vite aux registres papier… Se présente alors un homme assez âgé, disons que lui c’est Georges. Georges c’est le contraire de Robert et Denise.

Georges, c’est l’homme qui respecte le silence des lieux. Georges, c’est le genre de personne qui a toujours peur de déranger. Il n’est pas vraiment dans son élément ici. On le sait, c’est visible. Il est mal à l’aise et complètement perdu. Prenant son courage à deux mains, Georges a demandé à Denise de l’aide pour trouver le seul document qu’il est venu chercher : « Vous comprenez, ça fait presque 10 ans que je ne suis pas venu, je suis un peu perdu dans la marche à suivre. » Denise, d’une voix forte pour montrer qu’elle est souveraine ici et affirmer sa position en ces lieux lui a expliquer à la vitesse d’une mitraillette automatique la méthode. Le tout, s’il vous plait, dans un jargon informatique qui a noyé le pauvre Georges en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Lorsqu’il a eu l’audace (sentez bien toute l’ironie qui transpire ici) de lui demander de répéter un peu plus lentement, Denise a envoyé Georges à la table des catalogues en lui rétorquant « Je viens déjà de tout vous expliquer !« . Dire que j’étais outrée est un doux euphémisme.

Étant moi-même à la table des catalogues, j’ai chuchoté à Georges que je pouvais essayer de l’aider s’il voulait. J »ai pu voir fleurir un sourire sur ses lèvres et de la reconnaissance dans son regard. Nous avons donc cherché ensemble dans les catalogues de registres et de microfilms la référence du document dont Georges avait besoin. Nous déplaçant au pc, j’ai montré à Georges comment faire. « C’était pas comme ça à ma dernière visite. Il n’y avait même pas d’ordinateur. » Ah ben oui là forcément, ça doit faire bizarre… Et là nouvelle surprise ! Si mon numéro de lectrice comporte 5 chiffres, celui de Georges lui n’en comporte que 3 !

La malchance de Georges ne s’est hélas pas arrêtée au trône du dragon puisque l’unique document que Georges souhaitait consulter n’était pas disponible (en désinfection ou restauration je crois). La seule personne qui aurait pu le renseigner sur la durée des travaux et donc la durée d’attente étant le dragon Georges a préféré abandonné, refusant même que je demande moi-même. J’ai vu Georges repartir tout penaud de sa vaine recherche qui suivait un accueil déplorable… Pauvres aînés !



Salaire et niveau de vie

Lorsque l’on fait son arbre généalogique, bien souvent on ne s’interroge pas uniquement sur qui sont nos ancêtres, mais également sur leur façon de vivre, en découle alors des questions de niveau de vie et de salaire. L’évolution du coût de la vie a forcément eu de l’influence sur leur mode de vie. Une couturière ne gagnait pas le même salaire qu’un domestique, mais combien gagnaient-il ?

Dans son livre « La valeur des biens, niveau de vie et de fortune de nos ancêtres », Thierry SABOT partage son savoir, ses recherches et ces informations. Après un rappel sur les repères importants concernant les Français et l’argent, l’auteur livre son exposé sur les différentes monnaies et des indications portant sur leur valeur. Le sou, le denier, l’écu… Tant de valeurs qu’il est facile de de se perdre dans les comptes… C’est pourquoi quelques pages plus loin, dans un dossier spécial, il nous réapprend à compter car 12 + 1 n’est pas toujours égale à 13 surtout si on parle en deniers puisque 12 denier = 1 sol… Les banques n’existèrent pas toujours, alors le second dossier du livre est consacré aux méthodes et lieux de nos ancêtres pour cacher leur trésor (et parfois tenter d’éviter quelques impôts…).

valeur  valeur-4

Les salaires horaires d’un manœuvre sont donné à titre d’exemple de 1500 à 1985 afin de permettre de voir l’évolution du salaire (mais n’oubliez pas que tout le reste autour aussi augmente…), puis un tableau d’une page entière montre les différences entre les salaires suivant les professions sous l’Ancien Régime.

Fortement centré sur les XVIIème et XVIIIème siècle, il est vrai que le XIXème est un peu absent, alors que l’on s’attendait peut-être à ce que ce soit le contraire puisqu’il est plus proche de nous. Le journal Le Républicain Lorrain publiait en décembre 2012 sur le coût de la vie dans le passé en faisant un article sur le livre de Thierry SABOT.

Le site Histoire pour tous, proposait en mars 2011 un long article sur les « Inventaires et vie quotidienne de nos ancêtres« , puis deux mois plus tard un autre article sur « Le mode de vie de nos ancêtres« , tous deux permettent de compléter les informations du livre et nous donne une autre vision de leur vie au jour le jour. J’ajouterai dans les documents supplémentaires, que Google Play Livres propose en version numérique gratuite, les « Mémoires sur l’appréciation de la fortune privée au moyen âge : relativement aux variations des valeurs monétaires et du pouvoir commercial de l’argent » de Constant LEBER de 1842.



AD57 – le cas GORZE

Lorsque j’ai lancé une proposition d’aide sur un forum généalogique avant d’aller aux AD57, j’ai reçu plusieurs réponses comme je le disais précédemment. Parmi ces réponses, François en quête d’informations sur des naissances et un mariage qui a aimablement accepter que je parle des recherches faites. Pourquoi je vous en parle ? Tout simplement pour expliquer avec un cas concret mes démarches, cependant mes démarches ne seront pas 100% identiques avec un autre cas.

Les recherches portaient sur la ville de GORZE entre 1800 et 1827. François souhaitait obtenir l’acte de mariage de Jacques GAUCHE et Barbe GLATIGNY, l’acte de de naissance de Catherine GAUCHE et celui de GUILOSSET Gérard.

La première étape fut de repérer les registres et microfilms dans lesquels les documents étaient susceptibles d’être trouvés. Attention, il ne faut pas oublier que 1800 n’était pas dénommé 1800, mais An IX. J’ai donc tout simplement mis sur feuille mon tableau de travail me servant de base avec pour sections :

  • Ville
  • Type d’acte
  • Année
  • Registre
  • Microfilm
  • Statut

AD57 - Cas GORZE

Je garde toujours « Registre » et « Microfilm » séparé afin de noter tout sans oublier une piste. Aux AD57 (peut-être est-ce pareil dans d’autres, mais je n’ai visité que celles-ci pour l’instant) si les 2 documents sont référencés au catalogue, vous n’aurez accès qu’au microfilm par souci de conservation du document papier original. Je commence toujours par le catalogue « Registres » et complète ma liste avec le catalogue « Microfilms ». Cela m’évite d’essayer de commander un registre qui n’est pas disponible car présent en microfilm ou de rester sans ressource parce que je n’aurais cherché que les microfilms.

Me voici donc avec ma liste de 3 actes à trouver et à bien regardé le catalogue j’ai un bol d’enfer ! Et oui, un seul microfilm à demander pour faire cette recherche… Je passe donc la commande sur le pc de la salle de lecture et en attendant, je me suis dirigée vers la table du fond, celle où sont répertoriées les listes de relevé d’actes de mariage par commune. Dans des boites d’archives des copies reliées de liste d’actes, sur la table un catalogue (encore un) avec les commune par boite et les périodes relevées. Pas de chance cette fois, pas grand chose au niveau de GORZE pour les noms de famille cités plus haut.

Le microfilm arrive et je me rends en salle de visionnage. Certains microfilms ont un ordre aléatoire, entendez par là que la chronologie n’est pas toujours respectée, parfois par pavé annuel, parfois même juste au niveau des pages. Chanceuse avec celui-ci, j’ai pu récupérer les actes sans trop de difficulté. J’ai donc converti « 02/10/1800″ en « 10 vendémiaire an IX » pour retrouver le mariage des ancêtres de François, puis parcouru les années  jusqu’en 1803 et 1827 pour récupérer les actes de naissances lui permettant de compléter ses informations.

Lorsque je suis rentrée chez moi, j’ai donc averti François de mes découvertes puis scanné mes documents de travail et les actes récupérés pour rendre le fruit de mes recherches. Cette recherche fut relativement simple car tout permettait de répondre facilement à la demande de François. Ce n’est pas toujours le cas…



Une presque mention insolite

Je n’ai pas trouvé pour l’instant de mention insolite. Mais voici tout de même une petite bourde faite dans une mairie lors d’une préparation de table décennales…

IMG_1884

Il est question du décès d’un de mes aïeux. Celui-ci mourut le 30 avril 1891 et la déclaration fut faire le 1er mai 1891. L’agent d’état civil en recopiant la date, soit depuis l’acte de décès, soit depuis la table annuelle, s’est un peu emmêlé les pinceaux. Ainsi avril 1891 ne comporte plus 30, mais 31 jours…

 



Mentions insolites

Fin septembre je vous parlais d’un livre de Thierry SABOT, « Les signatures de nos ancêtres ». Je ne suis pas là pour faire de la publicité à un auteur ou un autre, mais comme j’ai acheté le lot des 8 premiers volumes, vous vous doutez bien que pendant quelques temps vous allez lire des posts sur les livres de Thierry SABOT. Celui de septembre était le tome 3, et oui, je n’ai pas commencé dans l’autre, mais je vais poursuivre en les prenant dans l’ordre à partir du tome 1. Voici donc le livre intitulé « Nos ancêtres et les mentions insolites ».

FullSizeRender  mentions insolites 4

Les mentions insolites, même si ce n’étaient pas leur but premier, nous permettent d’en apprendre plus sur la vie que menaient nos aïeux. Expliquer pourquoi ces mentions furent notées ne serait que pure supposition car à moins de s’appeler Duncan MacLeod, aucun d’entre nous n’était présent et par conséquent aucun de nous ne peut témoigner. Les hypothèses sont nombreuses, mais je ne les aborderais pas ici.

Dans ce livre Thierry SABOT nous présente son étude des mentions insolites dans les registres paroissiaux. Après nous avoir donner des repères chronologiques, il nous livre de nombreux exemples et études de ceux-ci. bien-entendu, il définit dans son ouvrage ce que sont des mentions insolites et donne des conseils pour les transcrire, les étudier et les commenter. L’auteur termine sur un dossier concernant l’usage de ces annotations par ceux qui les ont écrites.

Ce n’est pas le meilleur de la collection, mais il mérite tout de même d’être lu. Il apportera des explications et des informations sur la vie quotidienne de nos ancêtres. Ce livre est centré sur les registres paroissiaux certainement parce que ceux-ci n’avaient pas les même contraintes que les registres d’état civil (par la suite (?)).

Je n’ai moi-même pour l’instant trouvé aucune mention insolite, mais des sites existent sur lesquels les généalogistes (amateurs ou non) partagent leurs trouvailles  comme par exemple sur Généactinsolites.



11 novembre 1918

Comme pour le 08 mai, le 11 novembre est un jour férié en France (et pas que en France), mais ce n’est pas le cas dans tous les pays, comme par exemple au Luxembourg où c’est un jour ordinaire… L’Histoire retient souvent les évènements par le nombre de morts, le 11 novembre n’est pas en reste, citons entre autre :

  • 1778 – Antilles : les troupes anglaises s’emparent de l’île françaises de Sainte-Lucie
  • 1887 – Black Friday : 4 militants anarchistes sont exécutés  Chicago suite aux émeutes de Haymarket Square.
  • 1918 – Fin de la Première Guerre Mondiale : presque 10 millions de morts, autant de disparus et le double de blessés…
  • 1920 – le Soldat inconnu : inhumation sous l’arc de Triomphe à Paris
  • 1973 – Israël et Egypte : ils signent un accord de cessez-le-feu

bougie 8 mai

Dédions quelques instants à tous ceux qui se sont battus et tous ceux qui sont morts pour la liberté !

Comme pour le 08 mai, en généalogie les changements sont souvent visibles sur les courbes de mortalités et de natalités qui ont tendance à s’inverser…

Le lieutenant-colonel John McCrae, médecin canadien, engagé volontaire, nous a laissé un poème suis à la bataille des Flandres en hommage à un ami décédé. Ce poème a été retranscrit sur le site canadien « Musée de la Guerre« . Nommé Coquelicot (fleur du souvenir), son titre officiel est « Au champ d’honneur ». Ce poème est certainement celui au sujet de la guerre le plus lu mais également le plus cité…

Je profite de ce post pour rappeler que WWI et WWII ne furent pas les seules guerres. Je suis en train de me constituer un tableau dans lequel je répertorie « Guerres et Batailles ». Voici un extrait avec celles qui ont eu lieu en Europe au XIX ème siècle. Il est possible que j’en ai oublié. J’ai mis en bleu ce qui concerne la France => Guerres en Europe au XIXème s



New look et calendrier

Une envie de changement de look est débarquée ce matin… Voici donc la nouvelle version de « Jennialogie, la généalogie selon Jenni ». J’espère qu’elle vous plaira. Je la trouve plus lisible, plus claire, plus simple. Je sépare également en le sommaire en plusieurs pages, car celui-ci commence à prendre pas mal d’ampleur mine de rien avec déjà plus de 70 articles publiés.

J’ai établi un petit planning (que je vais essayer de suivre) des publications à venir pour finir 2016. Je compte finir de traiter les livres de Thierry SABOT avant de passer à une autre collection. J’ai quelques thèmes en tête qui seront traité d’ici la saint Sylvestre et d’autres qui attendront l’année nouvelle. Les dates sont données à titre indicatif…

  • 11 novembre 1918 (publication le 11 novembre matin)
    Jour férié, pourquoi et pas partout
  • Mentions insolites (publication le 16 novembre après-midi) :
    Le post sera sur le livre « THEMA 1 – Nos ancêtres et les mentions insolites » de Thierry SABOT.
  • AD57 – Cas GORZE (publication le 25 novembre matin)
    Le post aura pour thème une recherches aux AD57 faites il y a quelque semaines
  • Salaire et niveau de vie (publication le 29 novembre après-midi) :
    Le post sera sur le livre « THEMA 2 – La valeur des biens, niveau de vie et de fortune » de Thierry SABOT.
  • Un autre monde… [seconde visite troublante] (publication le 01 décembre matin)
    Retour aux AD57, une autre visite = une autre vision
  • L’histoire de la monnaie en France (publication le 06 décembre après-midi)
    du Sou à l’Euro et plus encore…
  • Tu es de ma famille… (publication le 09 décembre matin)
    Le post sera sur le livre « THEMA 4 – Famille & Ménage de nos ancêtres » de Thierry SABOT.
  • AD57 – (publication le 13 décembre après-midi)
    Un autre cas de recherches aux AD57
  • Fuir la peste (publication le 16 décembre matin)
    Le post sera sur le livre « THEMA 5 – Nos ancêtres et la peste » de Thierry SABOT.
  • Le site des AD67 (publication le 20 décembre après-midi)
    Description et recherches sur le site des AD67
  • 1 siècle de migrations (publication le 23décembre matin)
    Le post sera sur le livre « THEMA 6 – Les migrations de nos ancêtres » de Thierry SABOT.
  • A chacun son rang (publication le 26 décembre après-midi)
    Grade dans l’armée, rang dans la noblesse…
  • Étude de notaire et documents (publication le 29 décembre matin)
    Le post sera sur les livres « THEMA 7 & 8 – Comprendre les actes notariés » de Thierry SABOT.


La presse ancienne à votre rescousse…

En balade ce week-end dans divers magasins, j’ai fait une halte dans l’un d’eux connu pour ses articles de culture (films / livres / arts créatifs…). Je suis bien entendu ressortie avec 3 nouveaux guides de généalogie. Je vais vous présenter aujourd’hui « Utiliser la presse ancienne en généalogie » de Laurence Abensur-Hazan. (Je vous renvoie directement sur son site pour plus d’information sur elle plutôt que de faire de la paraphrase).

IMG_1751

Si la presse existe depuis plusieurs siècles, ce n’est que depuis 2 siècles (et demi) que celle-ci est libre en France, depuis la déclaration des droits de l’homme et du citoyen en 1789 qui garantit la liberté d’expression et de pensée. L’alphabétisation de la population en hausse (presque 95% en France avant la première guerre mondiale) contribua grandement à son développement et son expansion.

Utilisée pour informer, certains titres se spécialisent dans les thèmes, mais on voit également apparaître la presse d’opinion, celle qui amène au débat. Mensuelle, bimensuelle, hebdomadaire, quotidienne… La presse est diverse tant par la forme, le contenu, la récurrence de publication… Alors que d’un côté on trouvera une feuille unique de l’autre c’est un recueil de plusieurs pages. Local, régional, national ou international, chaque journal suit une ligne directrice qui lui est propre…

Mais que trouve-t-on dans ce que l’on appelle vulgairement « feuilles de choux » et qui ne sortent pas d’un potager ?

Naissances, mariages, décès peuvent faire l’objet d’encart ou d’articles, même si bien souvent il faut être au minimum une personnalité locale pour y paraître. Dramatiques, mais utiles, les faits-divers peuvent répondre à certaines questions (décès prématuré par exemple). Les petites annonces, mais également les anecdotes vous permettront d’en savoir plus sur la vie des uns et des autres. J’ai ainsi découvert des articles sur l’achat d’une voiture par un couple dans un petit village… Les têtes blondes ne sont pas en reste puisque bien souvent on y fait mention des voyages ou encore des examens… Si Monsieur Untel a sauvé Mademoiselle Bidule de la noyade, son acte héroïque apparaîtra également dans la presse.

Pour le reste, je pense que regarder la table des matière du livre est encore plus explicite, en voici un extrait :

Naissances, Mariages et Décès
Scolarité et profession
Listes nominatives très variées
Faits divers et actes héroïques
Données sur les biens et le patrimoine
Informations sur les successions
Informations commerciales

Comme vous le voyez sur la photo au-dessus et celle plus bas j’ai déjà commencé à mettre des repères dans ce livre qui est franchement très intéressant et complet. Lorsque ma lecture sera achevée, j’aurais peut-être plus à en dire encore…

IMG_1752



Sous le voile…

Il y a quelques années, j’ai assisté à un mariage où les époux furent entourés d’un genre d’étole pendant la bénédiction par le curé. Je ne connaissais pas cette coutume et pour être franche j’avais presque oublié cet évènement. Cependant, il vient de m’être remémoré en lisant « Enfants abandonnés, enfants sans père » car je suis tombée sur une peinture représentant un « mariage sous le voile dans les années 1860″. J’ai alors découvert que ce genre de mariage servaient souvent à légitimer les enfants nés hors mariage. Voici un extrait de l’explication :

Sous l’ancien régime, les enfants naturels étaient légitimés lors du mariage des parents. Cette légitimation prenait la forme symbolique de la « mise sous le voile » de l’enfant lors de la cérémonie du mariage.

Maintenant, il est nécessaire de se plonger dans les livres d’Histoire et de coutumes religieuses pour comprendre un peu plus celle-ci et sa signification. Le mariage chrétien est une invention du Moyen-âge. Le rite romain est celui pratiqué depuis des siècles, sa description est dans cet extrait de Histoire générale des cérémonies, mœurs, et coutumes religieuses de tous les peuples du monde de Bernard Picart : « un ruban large, qui servait à unir et lier ensemble les deux époux, qu’on mettait ainsi en quelque sorte sous le même joug« .

Au niveau explications historiques, je vous propose tout simplement celle donné sur le site « Passion généalogie et Histoires normandes » qui est très complète :

passiongenealogie



123456...12

Ecigb7dp |
Velay ô Vivarais Royal |
Mon BLOG sur l'Histoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Légende Urbaine
| Mabibliothèque
| Lefleuvedeleternite