Bientôt l’heure du bilan 2017. Oups !

Décembre, ou plutôt « déjà décembre ! »… J’ai l’impression que nous étions déjà en décembre hier. Bon techniquement c’est vrai, mais vous voyez ce que je veux dire. Le temps passe si vite, c’est fou, cette quantité de passé qui s’accumule du coup. Quand je vois mon retard je me dis que sur ce coup-ci je vais prendre de l’avance. Le bilan de cette année n’est pas grandiose, mais 2017 fut tout de même mouvementé pour moi. Je vais donc reprendre point par point ce que je voulais faire pour 2017

  1. Améliorer la qualité. J’espère avoir réussi à améliorer la qualité de mes écrits, mais je ne peux en juger seule. Donc ce point restera sans véritable réponse et se poursuivra pour 2018 (et les années suivantes également)
  2. Mieux gérer le contenu. Oula.. Gros point négatif pour moi puisque la quantité prévue est loin d’être là. J’irais même jusqu’à dire que Juin fut vide et depuis peu d’articles furent publier. Mais j’ai des excuses… Dans les points 3 et 5 je vous explique cela.
  3. Prendre des cours. Objectif réussi puisque j’ai intégré le DU Généalogie et Histoire des familles de Nîmes, en distanciel.  Les examens seront pour mi-janvier et le mémoire pour début avril. Alors forcément, cela prend du temps entre le boulot et les cours, les devoirs à rendre et le mémoire à préparer, les recherches en cours et celles planifiées… Du coup j’ai moins fait cette année tout en faisant plus à côté. En plus j’ai rencontré des personnes extraordinaires qui me donnent envie d’avancer encore plus loin et d’en savoir plus donc apprendre plus pour faire mieux.
  4. Apprendre à écrire. Je pense pouvoir mettre ce point en positif. Ce n’est pas encore digne des grands auteurs ou des professionnels, mais je pense pouvoir dire que le chemin étant long c’est déjà une amélioration…
  5. Poursuivre. Ce point là était assez simple. J’ai découvert grâce au point 3 une nouvelle manière de travailler. Avec mes camarades de promo je découvre une autre façon de partager et d’échanger. Tiens en parlant d’échange, il faut également noter que je me suis rendue à la première rencontre généalogique de généanautes du coin et que je suis en train de planifier la seconde. Les projets fleurissent également et je pense faire une pétition pour des jours de minimum 72h sans quoi je ne pourrais jamais tout faire…

En pensant à mon bilan, ma première idée était qu’il allait être fortement négatif. Mais finalement, après réflexion sur le sujet, je me rends compte qu’il reste honorable. 2018 devrait être l’année du nouveau diplôme si tout ce passe bien, j’ai donc pour objectif de poursuivre les recherches, les projets et peut-être même un autre diplôme puisque l’université de Nîmes annonce la création d’un DU Installation du Généalogiste…

Qui sait de quoi l’avenir sera fait lorsque l’on aime surtout fouiller le passé ?

Le site des AD02

L’emblème représenté un peu partout sur le site est un A gothique. Lorsque je le vois ainsi je pense tout d’abord architecture et calligraphie et je dois bien avouer que ces 2 disciplines restent présentes à mon esprit tout au long de ma visite sur le site. Il est dynamique, tant par les animations des menus que par le bandeau mouvant en haut de page.

bandeau AD02

Le menu est intuitif et offre un accès à de nombreux types de documents en ligne. J’ai particulièrement apprécié l’aide fournie à ceux qui veulent débuter ou poursuivre leur généalogie. En effet, ces thèmes sont abordés dans une section spéciale, où sont proposés de nombreux conseils illustrés d’exemple. Dans la partie dédiée aux archives en ligne le menu offre un listing qui annonce de suite de nombreuses heures en ligne sur ce site internet.

Menu AD02

Les registres paroissiaux et d’état civil ouvrent la liste qui se termine avec les monographies communales en passant par les matricules militaires ou encore les délibérations. J’ai tout particulièrement apprécié le module « Toutes les archives par commune ». Il porte très bien son nom et il est absolument fantastique en terme de gain de temps si par exemple vous avez des ancêtres sur une même commune des générations durant. Je ne vois pas grand chose à dire de plus sur ce site qui propose en plus des archives en ligne une section « Service éducatif » et un « Espace ludique » permettant à chacun de découvrir par thème, dossier ou jeu les archives sous un autre angle (les puzzles ont ma préférence)

 

Les frères DUBOIS ont vécus la Grande Guerre, mais pas que…

Cherchant à résoudre le mystère d’une immortelle, je suis aller poser une question sur Facebook afin d’avoir des conseils et des idées pour tenter une nouvelle fois de trouver le décès de Léona Céline MESNY. Elle épousa Hector DEVRAY en 1874. De ce mariage naquit Henry DEVRAY en 1875. Mais en 1878, Hector décède. Léona se remarie en 1881 avec Léon Antoine DUBOIS. Parmi les conseils, idées et réponses à mon appel à l’aide, on m’indiqua la présence de la famille DUBOIS à Jeumont, mais également le décès de Léon Antoine sans mention de veuvage…

Blonde à mes heures perdues, j’avais complètement négligé la piste des enfants, me contentant fouiller le passé avec des œillères bloquées sur mes ancêtres et occultant tous les autres membres de la famille… On ne le rappelle jamais assez mais : les contemporains ne sont pas à négliger ! Les nôtres comme les leurs… Et une fois de plus je l’avais oublié. Je finirais par me le faire noter sur le bras version tatouage, peut-être que là j’y penserais. Toujours est-il que d’autres y ont pensé pour moi, ainsi j’ai suivi leur très judicieux conseil et je suis retournée dans les tables décennales et les actes de naissance pour trouver trace du reste de la descendance de Léona.

Sur la commune de Sars-Poteries où résident Léon et Léona, au moins 7 bébés sont nés sous le patronyme DUBOIS entre 1881 et 1892, dont 5 du couple : Clarice en 1881, Irma en 1883, Léon en 1885, Jeanne en 1889 et Georges en 1892. Un petit tour dans les tables décennales du village et je trouve le décès de Jeanne à l’âge de 6 ans. Les actes de naissance de Clarice, Irma, Léon et Georges comportent des mentions marginales qui m’apprennent que :

  • Clarice s’est mariée le 30 décembre 1899 à Sars-Poteries (59)
  • Irma s’est mariée le 12 mars 1902 à Avesnes-sur-Helpe (59)
  • Léon s’est marié le 10 janvier 1925 à Vitré (35)
  • Léon est décédé peu après la seconde guerre mondiale à Pocé-les-Bois (35)
  • Clarice est décédée après la seconde guerre mondiale à Fourmies (59)
  • Irma est décédée après la seconde guerre mondiale à Jeumont (59)
  • Georges est décédé après la seconde guerre mondiale à Jeumont (59)

Mes recherches sur le décès de Léona vont donc s’orienter dans ces différentes villes.

Mais avant cela, j’ai fait un petit saut dans les fiches matricules pour découvrir les états signalétiques militaires des frères DUBOIS, Léon et Georges. Léon est de la classe 1905 et Georges de la classe 1912, autant dire que pour la première guerre mondiale ils étaient d’office engagés, alors qu’Henry n’y participera pas car même s’il est de la classe 1895, il est décédé en 1912. Ainsi commence ma lecture par l’état civil qui confirme l’identité de ces messieurs et de leurs aînés.

Je ne vais pas détailler les passages d’un régiment à l’autre, ça serait sans intérêt ici, peut-être dans une fiche destiné à leur « carrière militaire », mais je préfère me concentrer sur ce qui leur est arrivé et/ou ce qu’ils ont fait…

Léon est appelé aux armes le 04 août 1914, parti aux armées le 11 août, il sera évacué, blessé le 16 septembre 1914. Berry-au-Bac n’aura pas été une partie de plaisir pour Léon puisqu’un éclat d’obus s’est logé dans son mollet gauche. Son retour au front se fait rapidement puisqu’au 17 novembre il est de nouveau en campagne. Le 19 mars 1915 il est de nouveau évacué et rejoindra son corps aux armées le 17 avril. Blessé à la tête le 20 mai 1915 par un éclat d’obus, il sera de nouveau évacué pour soins. Ceci n’est le détail que de la première année de Léon lors de la première guerre mondiale. S’en suivent alors de nombreux problèmes de santé et sera même victime d’une intoxication au gaz en octobre 1917. Autant dire que pour Léon, la première guerre mondiale fut douloureuse.

Georges, quand à lui, est appelé aux armes (je n’ai pas su trouver la date sur la fiche, il semble en campagne contre l’Allemagne dès le 02 août 1914), mais dès décembre 1914 il subit une plaie par balle avec fracture. En septembre 1915, il est classé au service auxiliaire pour « Cicatrice profonde et adhérente au dos avec projectile non-extrait ». Je ne sais pas vous, mais ça me donne froid dans le dos. Il semblerait que Georges eut été un bad-boy ! Coups et blessures, dégradations, menaces verbales… J’ai recensé dans ses états signalétiques militaires une longue série de jugements et condamnations… Il est rappelé à l’activité le 27 août 1937 et ne sera démobilisé qu’en mars 1941.

Leur histoire via ces deux fiches m’a touchée. Je ne les connaissais pas avant de trouver leurs actes de naissance. J’ai l’impression que les frères DUBOIS furent deux poilus mal chanceux tant par les blessures que par les mobilisations.

La floraison des DU de généalogie

Il n’existe pas de diplôme de Généalogiste !

Depuis quelques années les universités françaises semblent vouloir palier à ce manque. Ainsi on voit fleurir depuis une dizaine d’années des DU  (Diplômes Universitaires) qui permettent d’acquérir les compétences et le savoir minimum d’un généalogiste professionnel, qu’il soit familiale ou successoral. Je ne saurais dire qu’elle université fut la pionnière, mais pour certaines le DU fut créé il y a presque 10 ans de cela. D’autres institutions proposent des cours par correspondance depuis presque 20 ans…

diplome

Voici un petit tour d’horizon de ce qui existe à présent en France et bien qu’ils ne soient pas nombreux j’espère ne pas en oublier (si tel est le cas je m’en excuse, n’hésitez pas à me le signaler pour que je corrige cet oubli, merci) :

  • L’université de Nîmes proposa dans un premier temps un DU uniquement en présentiel. Il a présent accessible selon les possibilités de chacun en présentiel ou à distance. Il est a noté que le nombre de place est limité et la sélection se fait sur dossier. Le but peut-être de se lancer professionnellement ou simplement de gagner en efficacité personnellement. En complément, un DU Installation du Généalogiste a vu le jour.
  • L’université du Mans propose un DU à distance (je n’ai pas vu s’ils en proposent un en présentiel).  L’inscription se fait sur dossier également. En complément, un DU de généalogie successorale va ouvrir en janvier 2018 d’après leur site, mais les détenteurs d’une licence peuvent également se voir proposer 2 masters :
    • Master Professionnel de Généalogie (ouverture prévue rentrée 2018)
    • Master recherche d’histoire en enseignement à distance.
  • L’université de Paris XIII a ouvert en janvier 2017 (il est tout frais celui là) un DU Recherches Généalogiques. Comme les précédent, l’inscription se fait sur dossier. Je dois encore vérifier, mais il me semble qu’il n’est disponible qu’en présentiel.
  • L’institut Français de Formation à la Généalogie propose depuis 1997 des cours par correspondance sur les métiers de la généalogie regroupés sous le thème « De la généalogie familiale à la généalogie successorale ». Je n’ai que très peu d’information sur ce cursus et ne saurais dire plus que « 100 % à distance ».

Comme je disais un tout petit peu plus haut il est fort possible que j’en oublie, ce n’est pas volontaire alors surtout n’hésitez pas à pointer ces oublis que je les inserts ici.

J’ai la chance de faire partie de la promotion à distance qui vient tout juste de démarrer à Nîmes… Je reviendrais dans un prochain post vous en parler un peu.

10 000 !

Que dire à par MERCI ! 10 000 visites sur ce blog depuis le 1er avril 2016 !

10kballoonslg

Un peu absente en ce moment, j’attends en fait des réponses à des courriers et je m’apprête à faire ma rentrée des classes. Mais je rédige tout de même des articles, un peu moins vite que les précédents, mais je n’abandonne pas. J’espère pouvoir encore longtemps écrire et partager mon expérience, mes recherches et mes questions avec vous !

10 000 visites sur environ un an et demi dont 141 les 7 derniers jours c’est également :

  • 124 articles (sans compté ce mini-post) dont 119 publiés et 5 brouillons en cours de rédaction
  • plus de 20 ans de recherches et de farfouillage dans des registres obscures de salle d’archives tant en Mairies qu’aux Archives Départementales
  • des heures à déchiffrer des écritures pattes de mouche et parfois des symboles hiéroglyphiques
  • des découvertes
  • des échecs
  • des échanges…

C’est tout cela que la généalogie, c’est tout ceci que je souhaite continuer de partager…

A bientôt

Les élections des mayeurs et des autres…

Un tout petit post aujourd’hui pour parler d’un document que je viens de faire.

mayor

Je ne sais pas vous, mais parmi mes ancêtres et leurs contemporains je retrouve des mayeurs, des maires et des bourgmestres. Alors en me cantonnant sur la France (désolée amis francophones hors de nos frontières) j’ai essayé d’établir la liste des dates des élections. Et oui, lorsque  vous voulez parler d’un aîné élu local il est peut-être apprécié de connaître les dates d’élection. Bien entendu je ne suis pas restée bloquée sur les municipales, mais je n’ai pas voulu non plus faire un tableau trop chargé avec les cantonales…

Ainsi le document ci-joint concerne de 1871 à 2017, les élections :

  • Municipales
  • Présidentielles
  • Législatives

Parfois j’ai ajouté les % obtenus par les élus, parfois j’ai précisé le suffrage. Rappelons ainsi que l’élection du président de la république ne fut pas au suffrage universel pensant très longtemps et qu’il était élu par la Chambre des députés et le Sénat.

Cliquez sur le lien pour voir le document Excel => Elections_1871_2017

Chasse au trésor – 4ème manche

Les 3 premières manches de mes recherches pour trouver l’auteur de la lettre signée « LOBET » ont fait ressortir 2 noms sur presque 40 étudiés. Je reprends à nouveau mon tableau récapitulatif, en ne gardant que les prisonniers de Maubeuge des 3 premières manches et j’ajoute les nouveaux. Me revoici dans l’Aisne en élargissant ma recherche.

J’ai gardé le même code couleur à savoir :

  • Les exemptés sont en Orange,
  • Les décédés avant le 08 mai 1918 sont en Rouge
  • Les prisonniers du 07 septembre 1914 à Maubeuge sont en Vert.

Les registres matricules de l’Aisne sont un pur bonbon et même un pur bonheur ! Un formulaire est proposé, tapez le nom de famille et vous obtenez tous les LOBET indexés ! Un gain de temps considérable si on prend pour acquis que tous les noms ont été indexés. Quelle ne fut pas ma surprise de voir la quantité de LOBET de cette liste !

Classe Prénom(s) Circonscription Département Matricule Registre Informations supplémentaires
1895 Arthur Eugène Auguste Avesnes (Nord) 1620 4 Prisonnier le 07/09/1914 à Maubeuge
1895 Edmond Albert Avesnes (Nord) 1629 4 Prisonnier le 07/09/1914 à Maubeuge
1889 Paul Adolphe Laon (Aisne) 99 1 Resté en zone envahie fin août 1914. Pas de mention de prisonnier en septembre 1914.
1897 Léon Alfred Laon (Aisne) 1038 3 Campagne contre l’Allemagne de août 1914 à juin 1916. Pas de mention de prisonnier en septembre 1914. Blessé grièvement en mai 1917.
1906 Désiré Ernest Laon (Aisne) 162 1 Rappelé à l’activité en novembre 1914. Pas de mention de prisonnier en septembre 1914.
1907 Gustave Eugène Laon (Aisne) 988 2 Campagne contre l’Allemagne de août 1914 à avril 1916. Pas de mention de prisonnier en septembre 1914. Blessé octobre 1914.
1879 Léon Alcide Laon (Aisne) 572 2 Libéré du service militaire en novembre 1909.
1884 Alexandre Laon (Aisne) 935 2 Décédé en juillet 1897.
1899 Louis Paul Laon (Aisne) 286 1 Campagne contre l’Allemagne de juin 1917 à octobre 1917. Pas de mention de prisonnier en septembre 1914.
1899 Désiré Maximilien Laon (Aisne) 305 1 Campagne contre l’Allemagne de août 1914 à août 1919. Pas de mention de prisonnier en septembre 1914.
1883 Gustave Eugène Laon (Aisne) 88 1 Libéré du service militaire en octobre 1908.
1883 Léon Gustave Laon (Aisne) 178 1 Libéré du service militaire en octobre 1909.
1901 Jules Émile Laon (Aisne) 327 1 Renvoyé dans ses foyers août 1914. Rappelé avril 1915. Pas de mention de prisonnier en septembre 1914.
1913 Alfred Laon (Aisne) 160 1 Incorporé 25 septembre 1914.
1918 René Louis Laon (Aisne) 147 1 Trop jeune. Incorporé mai 1917.
1908 Gustave Eugène Laon (Aisne) 869 2 Blessé par balle à Saint Memmie le 15 septembre 1914.
1898 Charles Joseph Laon (Aisne) 783 2 Campagne contre l’Allemagne de août 1914 à sepembre 1916. Pas de mention de prisonnier en septembre 1914.
1898 Adolphe Gustave Laon (Aisne) 795 2 Réformé en 1901 des suites d’une blessure.
1893 Joseph Désiré Laon (Aisne) 360 1 Resté en zone envahie fin août 1914. Pas de mention de prisonnier en septembre 1914.
1893 Félix Joseph Laon (Aisne) 1128 3 Libéré du service militaire en août 1914.
1878 Gustave François Laon (Aisne) 618 2 Libéré du service militaire en novembre 1904.
1886 Léopold Michel (dit Paul) Laon (Aisne) 10 1 Libéré du service militaire en octobre 1912.
1886 Ernest Joseph Frnaçois Laon (Aisne) 116 1 Décédé en novembre 1904.
1888 Isaïc Constant Laon (Aisne) 11 1 Réformé février 1916. Pas de mention de prisonnier en septembre 1914.
1900 Eugène Louis Laon (Aisne) 32 1 Resté aux armes de août 1914 à juin 1916. Pas de mention de prisonnier en septembre 1914.
1896 Victor Joseph Laon (Aisne) 306 1 Campagne contre l’Allemagne de août 1914 à octobre 1914. Pas de mention de prisonnier en septembre 1914.
1910 Victor Émile Laon (Aisne) 211 1 Resté aux armes de août 1914 à mai 1915 avant blessure 1916. Pas de mention de prisonnier en septembre 1914.

Voici donc plus de 20 nouveaux LOBET de l’Aisne, je n’ai pas de nouveau potentiel auteur dans un sens ce n’est pas plus mal. La chasse au trésor se poursuit donc, prochaine étape Paris, Martinique ou d’autres départements, je ne sais pas encore…

J’ai cru voir un lapin blanc…

Je suis un lapin blanc, je suis poursuivie par le temps nommé Rôminet qui finira par me manger… Un peu plus d’un mois de retard… Non je ne suis pas enceinte, juste à la bourre dans mon planning de recherches et de rédaction… Du coup, cela fait plus d’un mois que je n’ai rien publié.

Lapin-d-Alice

Confinée ce jour à la maison, je vais essayer de préparer quelques billets ou plutôt de les finaliser et les programmer. J’ai pas moins de 3 posts sur des AD en cours, ma « Chasse au trésor » se poursuit sur une 4ème partie et j’ai également encore en rédaction un post sur deux frères qui ont vécus la Grande Guerre…

Si j’ai commencé tous ces textes et rien achevé pour le moment c’est en fait la faute du ChallengeAZ (il a bon dos hein ?)… Bah oui, j’ai lu, lu, lu et lu. Je n’ai pas encore fini de tout lire, je ne sais pas si j’arriverai au bout, mais j’ai déjà bien avancé. Faut dire aussi qu’avec « Cher Cousin » on a fait de fulgurants progrès, j’ai passé une matinée aux AD57 pour des recherches et une passionnante discussion avec un homme dont le métier est de restaurer et protéger des sceaux anciens. L’exposition aux AD57 est d’ailleurs très belle et très instructive. Ah pis, j’allais oublier, j’ai repris mon travail de classement des documents légués par mes grands-parents et je suis admise à l’université de Nîmes pour un DU « Généalogie et Histoire des familles » à distance.

Vous voyez (avec toute la mauvaise foi que je peux y mettre) : ce n’est pas ma faute !

Bref, j’ai un binôme…

Vous est-il déjà arrivé de retrouver un cousin généalogique et d’échanger des informations avec lui ? Depuis 2 mois, je suis en échange régulier avec celui que j’appellerai ici « Cher Cousin » et je dois vous avouez que bien que n’ayant jamais rencontré Cher Cousin jusqu’ici, j’adore parler avec lui, lui écrire des mails et recevoir ses réponses. À chaque fois c’est une bouffée d’air frais qui arrive dans ma boîte mail. Laissez moi vous raconter mes 2 mois avec Cher Cousin.

Depuis quelques années, j’ai entrepris en plus de faire ma généalogie, de faire celle de monsieur mon compagnon. Une partie de son arbre est en Pologne, autant dire que pour le moment la branche n’avance pas beaucoup. Mais la branche paternelle est en Moselle avec un nom qui respire bien l’ancien empire germain… J’ai pu grâce à l’aide de certain généalogiste en ligne avancer, après quelques échanges pourtant les conversations se sont taries. Jusqu’à il y a 2 mois. Un message privé sur Geneanet arrive et voici le début d’une aventure généalogique qui s’intensifie au fil des jours et des mails.

Mon interlocuteur se présente et nous établissons qu’il est un cousin généalogique de mon compagnon. En fait, si on veut être précis ma moitié est un petit-fils d’un cousin issu de germains de Cher Cousin. Y a plus cours comme dénomination hein ?

8d105bba95b275b107345f7da13106df

Nous avons commencé à échanger sur mon arbre en ligne, Cher Cousin a un trésor d’informations pour compléter ce que j’ai déjà pu établir et documenter. Mais à bien y réfléchir c’est plus que cela ! Dès les premiers mails c’est une mine d’or photographique qui s’offre à mes yeux. Rendez-vous compte, grâce à Cher Cousin j’ai pu mettre un visage sur au moins 8 personnes donc l’arrière-arrière-grand-père de mon homme. Nous avions bien entendu certains actes en commun, mais je crois pouvoir dire que nous avons chacun compléter les données de l’autre.

Depuis, c’est régulièrement que nous poursuivons nos recherches. La lignée recherchée s’est encore étoffée de 10 membres cette semaine après les 5 de la semaine passée. Parfois c’est à qui trouvera le document en premier, sans s’en rendre compte. Parfois c’est juste en discutant que l’on débloque un mystère et que l’on avance. Aussitôt mon mail envoyé, je deviens impatiente. J’ai hâte de lire chacun de ses mails, d’élaborer diverses théories à partir des renseignements qu’il a pu glaner ici et là. C’est un travail d’équipe qui s’est mis en place, de manière tacite et qui fonctionne tellement bien.

Je vous souhaite à tous d’aussi belles rencontres que la mienne avec Cher Cousin…

Chasse au trésor – 3ème manche

Les 2 premières manches de mes recherches pour trouver l’auteur de la lettre signée « LOBET » ont fait ressortir 2 noms sur presque 40 étudiés. La Gironde va me poser problème car les registres matricules ne sont pas disponibles en ligne. Il me faudra passer par l’entraide géographique généalogique afin de déterminer si un LOBET girondin peut être l’auteur de cette lettre. Je reprends à nouveau mon tableau récapitulatif, en ne gardant que les prisonniers de Maubeuge des 2 premières manches et j’ajoute les nouveaux. Me voici donc cette fois dans l’Aisne.

J’ai gardé le même code couleur à savoir :

  • Les exemptés sont en Orange,
  • Les décédés avant le 08 mai 1918 sont en Rouge
  • Les prisonniers du 07 septembre 1914 à Maubeuge sont en Vert.

Les registres matricules de l’Aisne sont un pur bonbon et même un pur bonheur ! Un formulaire est proposé, tapez le nom de famille et vous obtenez tous les LOBET indexés ! Un gain de temps considérable si on prend pour acquis que tous les noms ont été indexés.

Classe Prénom(s) Circonscription Département Matricule Registre Informations supplémentaires
1895 Arthur Eugène Auguste Avesnes (Nord) 1620 4 Prisonnier le 07/09/1914 à Maubeuge
1895 Edmond Albert Avesnes (Nord) 1629 4 Prisonnier le 07/09/1914 à Maubeuge
1908 Gaston Désiré Laon (Aisne) 752 2 Promu Maréchal des Logis le 28/03/1915, tué à l’ennemi septembre 1915 et inhumé à Souain octobre 1915.
1915 Louis Florentin Laon (Aisne) 684 2 Ses états de services ne débutent pas avant 1919.
1919 Elie Laon (Aisne) 1056 3 Trop jeune. Ses états de services ne débutent pas avant 1919.
1920 Gustave Laon (Aisne) 1138 3 Trop jeune. Inscrit à la subdivision de Mézières en 1920.

4 nouveaux noms dont 1 déjà connu par Mémoires des Hommes, mais au final pas de nouveau candidat-auteur. La chasse au trésor se poursuit donc, prochaine étape Paris…

12345...13

Ecigb7dp |
Velay ô Vivarais Royal |
Mon BLOG sur l'Histoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Légende Urbaine
| Mabibliothèque
| Lefleuvedeleternite